Un été en France – Charles, Marc et Yuiko

Publié le 08/07/2022

Ode à la joie

Un été en France – Charles, Marc et Yuiko

De gauche à droite : Charles Gaugué, Yuiko Hasegawa et Marc Guilloteau

Violon, violoncelle et piano, voici le trio le plus classique de tous… ce qui n’exclut pas la fantaisie, témoignent les trois jeunes musiciens de ce programme. Passionnés de musique de chambre, ils célèbrent ce qu’il y a de plus joyeux chez les compositeurs français du tout début du XXe siècle.

Musique de chambre : œuvres musicales impliquant un petit nombre de musiciens. À l’affiche d’un Été en France, le violoncelliste Charles Gaugué, 24 ans, le violoniste Marc Guilloteau, 18 ans, et la pianiste Yuiko Hasegawa, 25 ans, forment le trio typique de la musique de chambre. Pourtant, la magie d’un tel ensemble ne se fait pas toute seule. « Nous avons dû nous découvrir, vaincre nos timidités, comprendre comment chacun s’exprimait, commence Yuiko Hasegawa. Dans un trio, chaque musicien a  sa personnalité, son rôle. En tant que pianiste, je dois garder une vue globale, être parfois accompagnatrice, mais aussi conduire la musique des autres ».

Chacun s’est d’abord lancé dans un travail en solitaire pour apprendre sa partition et celle de ses partenaires, écouter des enregistrements de référence des œuvres choisies, résoudre des difficultés techniques. Puis le trio s’est retrouvé pour nourrir la dimension collective. « C’est très difficile de faire un bon ensemble de musique de chambre, il faut développer le son du groupe, la cohésion », détaille Marc Guilloteau. Et trouver un mode de communication au service de la musique. « On doit vraiment s’ouvrir à l’autre, ce qui est l’idéal du musicien, c’est-à-dire « sortir de son jeu », complète Charles Gaugué. On travaille pour rendre notre expression naturelle avec l’instrument, comme avec la parole, et tout devient communication musicale entre nous. C’est une sorte de relation humaine en musique, une conversation à trois dont le public est témoin. »

Signé des compositeurs Maurice Ravel, Francis Poulenc et Georges Bizet, leur répertoire est une « illustration de la beauté et de la nature française, explique Marc, le violoniste. Ces partitions font la part belle à la joie. Pantoum de Maurice Ravel est un morceau plein d’humour, très heureux, avec beaucoup d’intensité et de contrastes. C’est une danse un peu folle d’un point de vue technique, au cours de laquelle on alterne des caractères différents. Ravel nous emmène d’un endroit à un autre, en quelques phrases musicales ».

À force de l’entendre dans des lieux clos, on a oublié que la musique classique s’est beaucoup inspirée des sons de la nature, de la pluie, du vent dans les arbres, et des vagues. Pendant Un été en France, les musiciens jouent en plein air, ce qui leur plait, malgré le risque d’un changement de météo ou d’une attaque de moustiques. « L’acoustique n’est pas toujours aussi satisfaisante que dans une salle de spectacle mais elle convient à la musique de chambre et lui donne une dimension plus légère » confie Marc. Quant à Yuiko, elle se sent très inspirée par ce changement de cadre : « Cela m’arrive très rarement de jouer dehors, admet la pianiste. Ce sera intéressant de jouer tout en respirant l’air extérieur, dans une atmosphère moins sérieuse que celle de la salle de concert, avec sûrement plus de bruits. J’aime me produire dans des endroits différents, comme les galeries d’art. Cela réduit la distance avec notre public habituel dans l’univers du classique ». Les membres de ce trio éphémère espèrent donc que le public sera sensible à cette liberté et viendra découvrir le plaisir de la musique, sans a priori, et sous les étoiles.

 

Ces jeunes talents seront en première partie des concerts suivants :

  • le 10 juillet 2022, à 17h30, devant le Château de Frazé, à Frazé  COMPLET
  • le 12 juillet 2022, à 20h, Cité Episcopale, à Meaux COMPLET