Fondements de la stratégie digitale et innovation du Groupe

épingler l'article

Une longueur d’avance sur demain

Interview de Claire Calmejane et Christophe Leblanc

Société Générale a initié sa transformation digitale au début des années 2010 pour construire la banque de demain. Depuis 3 ans, le rythme s’est considérablement accéléré. La Banque a posé les briques technologiques indispensables et atteint la maturité digitale, consacrée par les Trophées eCac40 depuis 4 ans. Désormais, le Groupe passe à la phase 2 : l’industrialisation.

Interview croisée des deux facilitateurs de cette transformation, Claire Calmejane, Directrice de l’innovation, et Christophe Leblanc, Directeur des Ressources et de la Transformation numérique.
 

Avec la révolution digitale, le secteur bancaire est à un tournant de son histoire. A quoi ressemblera la banque de demain ?

Christophe Leblanc : A une banque très digitalisée avec l’expérience client la plus fluide, souple et flexible possible. Si nous réussissons à offrir à nos clients le meilleur du digital et de l’humain, nous aurons gagné la partie ! Ce sera aussi une banque plus engagée en matière de responsabilité sociétale et environnementale, dont les activités seront élargies pour mieux accompagner les transformations du monde.

Claire Calmejane : Société Générale porte des valeurs de pionniers, de visionnaires, d’innovateurs. Ce qui fera notre force, c’est trouver des nouveaux services en lien avec nos activités, mais pas forcément avec le métier de banquier au sens strict. Le digital, c’est l’opportunité de nous saisir de nouveaux relais de croissance en capitalisant sur notre rôle de tiers de confiance et sur un réseau d’experts qualifiés. Dans son histoire, Société Générale a toujours su chercher des nouveaux business. Nous continuerons à le faire dans le futur.
 

En quoi Société Générale se différencie-t-elle dans sa manière d’appréhender la transformation digitale ?

Claire C : Nous avons fait des choix structurants, par exemple dans nos acquisitions. Avec Treezor, nous testons de nouveaux business models. Nous co-créons le monde de demain en prenant le meilleur de Société Générale et le meilleur de Treezor. Le programme d’intrapreneuriat Internal Startup Call nous a également permis de créer des nouveaux services. De la cybersécurité à la néobanque, sept startups internes sont aujourd’hui candidates à la capitalisation de Société Générale Ventures, notre dispositif d’investissement dans des startups. Pour moi, c’est un gros facteur de différenciation par rapport aux banques plus traditionnelles.

Christophe L : Société Générale puise aussi sa richesse dans ses hommes et ses femmes. Plus de 23 000 personnes travaillent dans la filière informatique. Chaque année, nous recrutons 600 développeurs. Cependant, si les équipes informatiques constituent une force de frappe importante, en première ligne, la révolution digitale est à la fois technologique et industrielle, mais aussi culturelle et humaine. Elle concerne l’ensemble des collaborateurs du Groupe. Chacun à son niveau doit repenser la manière de servir nos clients.
 

Actuellement, Société Générale entre dans la phase 2 de sa stratégie digitale et innovation, celle du passage à l’échelle. Qu’est-ce que cela signifie ?

Christophe L : Nos indicateurs sont au vert : 200 cas d’usages data développés, près de 70 % des infrastructures sur un cloud privé ou public, environ 2000 API exposées dans les catalogues du Groupe. Nous avons investi massivement dans la sécurité informatique. J’y vois là le signe d’une certaine maturité technologique nécessaire pour passer à l’échelle et industrialiser la transformation des métiers du Groupe.

Claire C : Nous avons retenu trois moteurs pour ce passage à l’échelle. Tout d’abord, il s’agit de travailler avec tous les métiers du Groupe afin qu’ils intègrent l’IA et la data dans leur stratégie.
D’autre part, face à l’arrivée de plates-formes au business model très innovant telles qu’Airbnb, Facebook ou Amazon, nous développons la stratégie de banque ouverte. Nous réagissons en transformant nos lignes métiers, mais aussi en proposant nos services via des partenaires externes.
Enfin, nous réfléchissons à ce que sera le groupe Société Générale à l’horizon 2025, notamment en matière d’agilité et de rapidité. Cela passe par la poursuite de notre démarche d’open innovation et le déploiement de nouvelles méthodes de travail et de management.


Concrètement, comment la transformation digitale se traduit aujourd’hui pour vos clients ?

Claire C : Sur la banque de détail, nous disposons d’un business model très innovant avec Boursorama, une banque 100 % en ligne. Nous transformons activement nos réseaux traditionnels en Russie, en République Tchèque, en France et en Afrique. Nous proposons également des services à la pointe de l’innovation comme la carte cryptodynamique, la wallet Yup ou encore Synoé... Les attentes clients sont bien là : 67% de clients de Société Générale en France et 56% des clients de
Komerční banka se sont connectés aux canaux digitaux au moins une fois par mois sur les 12 derniers mois.

Christophe L : En matière de clientèle BtoB, nous proposons la plate-forme SG Markets qui permet de gérer globalement les besoins de front et de back office d’une entreprise ou d’un investisseur institutionnel, d’offrir des solutions de paiement mais aussi du change, du pricing…

 

Tous ces usages du digital et de l’innovation seront présentés à la #TechWeekSG les 12, 13 et 14 novembre 2019. Suivez l’événement sur les réseaux sociaux de Société Générale.

3 moteurs pour accélérer la transformation digitale et l'innovation des services financiers