La « carte postale de l'amitié » (1989) : bons baisers du XV de France depuis Twickenham !

Mars 1989. Pour la quatrième fois de suite, l'équipe de France remporte le tournoi des Cinq Nations. Une performance de haut niveau à laquelle elle a tenu à associer Société Générale, elle-même sortie vainqueur d'une bataille boursière qui s'est engagée au lendemain de sa privatisation.

Samedi 4 mars 1989. En cet après-midi, une chaude ambiance règne au stade de Twickenham. Pour la quatrième et avant-dernière journée du tournoi des Cinq Nations, le XV de la Rose accueille la sélection française. Sous les ovations de plus de 62 000 spectateurs, les deux équipes pénètrent sur la pelouse. Bientôt le God save the Queen répond à La Marseillaise. Encore invaincus dans la compétition, les coéquipiers de Philippe Sella visent le grand chelem. Mais les joueurs anglais, bien organisés et plus percutants, ruinent leurs espoirs en l'emportant sur le score de 11 à 0. Vainqueurs des trois dernières éditions, les rugbymen français savent désormais à quoi s'en tenir. Dans deux semaines, contre l'Écosse, ils n'auront plus le droit à l'erreur pour ajouter un nouveau trophée à leur palmarès. L'heure est à la remobilisation. Et pourtant, malgré la défaite, ils n'oublient pas de saluer Société Générale, partenaire de la Fédération française de rugby (FFR) depuis 1987 et qui sponsorise, avec un intérêt renouvelé, chacune de leurs sorties.

À l'issue du match, ils ont pris l'initiative d'adresser une « carte postale de l'amitié » à Marc Viénot, le PDG du Groupe (photo ci-dessous), sur laquelle chaque joueur tricolore a apposé sa signature. Cette initiative, à vrai dire, n'a rien d'anodin. Elle intervient au moment où Société Générale a définitivement fait échouer une attaque boursière qui menaçait ses fondements et son indépendance juridique. Une victoire à laquelle les Bleus, en gage de leur estime, ont tenu à rendre hommage.

Sur le terrain, les épines de Twickenham cèdent la place au bouquet final sur l'herbe du Parc des Princes. Le 18 mars, ce sont quinze joueurs requinqués qui font leur entrée sur le terrain. Emmené par son capitaine Pierre Berbizier, le XV de France impose son jeu offensif pour dominer la sélection écossaise sur le score de 18 à 3. Une rencontre d'une rare intensité, avec trois essais à la clé, durant laquelle Serge Blanco fait merveille. Désigné « Talent d'Or » par les votes des téléspectateurs, l'arrière tricolore finit meilleur marqueur de la compétition. Soutien indéfectible de l'équipe de France, Société Générale sait que la réciproque est également valable.

© Archives Historiques Société Générale