Innovation Insider avec Didier Lallemand

Claire Calmejane et Didier Lallemand

La stratégie d'investissement de Société Générale dans les startups grâce à Societe Generale Ventures

Créée en 2019, Societe Generale Ventures regroupe l'ensemble des investissements de Société Générale dans des startups depuis 2015 : Treezor, Shine, Lumo, etc.

Societe Generale Ventures a pour objectif d'accompagner les Business et Service Units de Société Générale dans le financement de startups qui fournissent de nouveaux produits, des technologies innovantes ou des modèles économiques disruptifs.

En constituant un portefeuille d’investissements, elle accélère la transformation digitale du Groupe et développe de nouveaux business modèles pour apporter des solutions financières responsables et innovantes à nos clients.

« Societe Generale Ventures a été créé fin 2018 : avec quelle ambition ? 

Le portefeuille Societe Generale Ventures se compose de 35 sociétés, pour un montant total d’investissement de près de 200 millions d’euros depuis 2015. Nous sommes un fond d’investissement dans les startups de Société Générale lancé fin 2018 et que je dirige. Notre objectif est de générer de la valeur pour nos clients à travers le lancement de nouvelles offres ou de nouveaux produits mais aussi de raccourcir notre time-to-market et de gagner en efficacité opérationnelle. Enfin, les prises de participation au capital de startups sont un moyen de développer un avantage concurrentiel fort sur le long terme. 

Le Groupe a entamé cette stratégie dès 2015, lorsque Boursorama a pris le contrôle de Fiduceo, un outil de gestion des finances personnelles. Elle s’est rapidement suivie de 4 autres acquisitions mais aussi des investissements minoritaires et dans des consortia tels que We.Trade ou Komgo.

Societe Generale Ventures est logé au sein de la direction de l’innovation du Groupe et de la Direction générale. C’est parce que nous considérons que c’est un outil au service de la stratégie d’innovation, l’innovation étant elle-même au service de la stratégie du Groupe autour des piliers Clients, efficacité et responsabilité. Ce positionnement central permet de déployer une stratégie de portefeuille en regroupant l’ensemble des investissements en capital dans des startups dans le monde et de s’assurer de leur supervision financière.

Our investments

A strategic and invested venture capital partner

A strategic and invested venture capital partner
Our investments
30 startups funded, €200m invested since 2015, 11 investments in 2020, 5 acquisitions.
12 external startups, 8 internal startups, 10 consortia, 4 VC funds and 1 incubator

Qu’est-ce qui différencie Societe Generale Ventures d’un fonds de capital-risque ?

Pour commencer, ce qui nous rapproche d’un fonds de capital-risque, c’est notre engagement à accompagner des équipes visionnaires dans la croissance de leur business sur le long terme. Mais ce qui nous différencie, c’est notre thèse d’investissement dont la pierre angulaire est la création de synergies entre la startup d’un côté et nos métiers de l’autre, et donc in fine de valeur stratégique pour le Groupe. Contrairement aux fonds de capital-risque, notre structure n’a pas de durée de vie limitée et nous n’avons pas de contrainte en termes d’échéance de liquidité et d’horizon de sortie du capital de nos startups. Cela nous permet de nous engager sur le long terme aux côtés des fondateurs et de leurs équipes.

Quelle est la thèse d’investissement de Societe Generale Ventures ?

Comme vous l’avez compris, notre critère d’investissement principal repose sur la perspective de réalisation de synergies opérationnelles fortes avec une ou plusieurs business lines du Groupe. En termes de cible d’investissement, nous visons des startups early stage, mais suffisamment matures pour travailler efficacement avec le Groupe. Nous nous focalisons donc sur des startups ayant développé un Minimum Viable Product bénéficiant déjà d’une certaine traction commerciale et ayant déjà réalisé une première levée de fonds en pré-seed ou seed. Dans le cadre d’investissement externes minoritaires, nous intervenons de préférence lors de Série A ou B avec des tickets entre 1 et 10 millions d’euros. Nos secteurs d’intervention sont liés aux domaines d’activité de la banque, du retail au wholesale en passant par l’assurance et la mobilité, sur les zones géographiques où le Groupe est présent. Aujourd’hui, nous regardons attentivement les nouveaux modèles autour de l’open banking, des crypto-actifs, du mobility-as-a-service et de l’épargne responsable. 

La diversité de nos types d’investissement est aussi une spécificité de notre structure. Societe Generale Ventures regroupe les investissements dans des startups externes en majoritaire ou en minoritaire, ceux dans des startups internes créées par des collaborateurs du Groupe, ceux dans des initiatives de place auprès d’autres institutions financières, et enfin les investissements dits « indirect » dans des fonds de venture capital pour accéder à leur dealflow et détecter de nouvelles opportunités d’investissement ou de partenariat. Par exemple, en 2021, nos deux réseaux de banque de détail en France ont noué des partenariats avec des startups soutenues par la société de gestion VC Partech : Société Générale avec Papernest autour de la gestion des contrats des particuliers, et Crédit du Nord avec Agicap autour de la gestion de trésorerie des entreprises.

Comment fonctionne Societe Generale Ventures ? 

La mission de Societe Generale Ventures est d’accompagner l’ensemble des business lines dans la prise de participation au capital de startups à des fins stratégiques. Tout commence par la définition de Domaines d’Investissement Prioritaires (DIP) avec les équipes de stratégie et d’innovation de nos métiers. Ensuite, notre connexion à l’écosystème nous permet d’identifier des opportunités d’investissement correspondant à ces DIP, en complément de celles détectées directement par les équipes opérationnelles ; depuis janvier 2021, Societe Generale Ventures a analysé plus de 100 opportunités à travers nos relations avec des banques d’affaires, des incubateurs ou d’autres fonds d’investissement. Dans certains cas, les business lines sont dotées d’équipes dédiées à l’investissement et au lancement de nouveaux modèles, comme KB Smart Solution en République tchèque. 

Notre rôle au sein de Societe Generale Ventures est d’aider les métiers à qualifier les synergies attendues et de les maximiser en impliquant toutes les entités du Groupe qui pourraient bénéficier de l’investissement. Nous travaillons en étroite relation avec la Direction de la Stratégie du Groupe qui est notamment en charge de l’exécution des opérations en capital. Une fois l’opération réalisée, Societe Generale Ventures s’attache à créer les conditions de succès de la mise en œuvre des synergies opérationnelles. La structure porte également la vision transverse du portefeuille lors du dialogue stratégique avec la Direction générale.

Comment sont accompagnées les startups du portefeuille ?

Notre promesse à l’égard des startups externes dans lesquelles nous investissons est de leur faciliter l’accès aux actifs du Groupe, au sens large. Nous leur donnons accès à nos clients ou prospects à travers nos réseaux de distribution, comme la banque pour les pros Shine à travers le réseau Société Générale ou la plateforme de crowdfunding en énergies renouvelables Lumo distribuée par les conseillers de notre banque privée. Les startups bénéficient aussi de nos expertises techniques et réglementaires, comme l’insurtech Mutumutu qui s’appuie sur Société Générale Assurance comme porteur de risque exclusif et la fintech Lemonero qui dispose d’une ligne de crédit avec Komerční banka pour financer les vendeurs des marketplaces. Enfin, les startups du portefeuille peuvent accéder à certaines de nos données et infrastructures, c’est le cas de We.match et Opensee dans le cadre du Global Market Incubator piloté par notre Département des Marchés.

Nous avons une approche différente pour les startups internes, que nous accompagnons du passage de l’idée au projet, puis du projet à la structuration en filiale et enfin au passage à l’échelle. Nous intervenons également dans ce cas sur des enjeux internes liés au financement du développement, au recrutement de nouvelles ressources, et au respect des règles de conformité du Groupe. 

Le Groupe a fait l’acquisition de 5 startups depuis 2015 : qu’est-ce qui motive ces rachats et comment se passe leur intégration dans le Groupe ? 

Ces acquisitions s’inscrivent dans l’engagement du Groupe d’offrir des solutions financières responsables et innovantes à nos clients. Face à des environnements réglementaires et concurrentiels en renouvellement constant, nous devons faire preuve d’agilité dans nos modèles et renforcer nos actifs stratégiques. Les acquisitions de startups sont un levier d’accélération considérable de notre transformation digitale. 

Par exemple, l’acquisition de Treezor en 2019 a marqué un tournant dans la stratégie d’open banking du Groupe. Sa plateforme technologique supporte des projets internes comme la banque pour les pros Prisméa du Crédit du Nord et l’offre jeune Banxup de Société Générale. Elle revendique aujourd’hui 80 clients et compte presque quatre fois plus de collaborateurs qu’au moment de son entrée dans le Groupe. Les équipes sont focalisées sur la gestion de l’hyper-croissance de la startup qui a su garder toute sa créativité, comme le montre le lancement du crédit à la consommation avec Franfinance prévu cet été.

La prise de contrôle de Reezocar fin 2020, illustre également nos engagements sur le long terme avec nos startups partenaires. Le Groupe a d’abord été actionnaire minoritaire de cette plateforme de ventes de véhicules d’occasion en ligne à travers notre filiale CGI Finance qui y trouvait un relais de distribution majeur ; Reezocar affiche 2 millions de visiteurs uniques par mois. Puis les synergies se sont multipliées, notamment avec notre filiale assurance, et ont conduit à renforcer notre partenariat stratégique par un adossement. 

Comment êtes-vous organisés en interne, et qu’est-ce qui vous motive tous les jours ?

Nous sommes aujourd’hui une équipe de cinq personnes : Caroline de Barros, Startup Success Manager en charge de la bonne intégration des startups et de la mise en place des synergies, notamment avec Treezor ; Amélie Royer et Alexis Riou, en charge du sourcing et de la qualification des opportunités et synergies avec nos métiers en résultant, de l’exécution aux côtés de la Direction de la Stratégie du Groupe et de l’animation du portefeuille ; moi-même qui supervise l’équipe et travaille également sur ces différents sujets et Claire Calmejane qui permet dans sa vision transversale d’alimenter le deal flow et faire le lien entre les activités. Mais nous travaillons aussi avec les équipes de scouting, des équipes open-innovation qui s’appuient sur Start-Up Radar pour manager une base de 5 000 correspondants à travers la banque et des nombreuses startups qui souhaitent travailler avec Société Générale.

C’est un métier captivant, au croisement entre des entrepreneurs passionnés, passionnants et inspirants et l’ensemble des équipes métier de Société Générale. Notre objectif est essentiellement d’identifier les pistes de synergies et de création de valeur pouvant être mises en place entre la startup et nos métiers, rendant l’investissement encore plus stratégique. Enfin, une fois l’investissement réalisé, notre rôle est bien entendu de faire en sorte que les synergies soient effectivement mises en place, et la valeur créée pour Société Générale, la startup et nos clients. »

Pour en savoir plus sur Societe Generale Ventures : ventures.societegenerale.com