Les vertus du capitalisme familial

Parti d’une feuille blanche, David Pouyanne a constitué en à peine 10 ans un groupe spécialisé dans l’immobilier d’entreprise qui double chaque année son chiffre d’affaires. Leviers de succès ? Une stratégie articulée autour de grands métiers, un coaching innovant des équipes et des valeurs entrepreneuriales fortes.

« En face de chaque risque, je vois une opportunité », David Pouyanne, PDG du Groupe Essor

Depuis son plus jeune âge, David Pouyanne voue une véritable passion aux entrepreneurs dont il dévorait enfant certaines biographies. Cet engouement s’explique probablement par son histoire familiale avec un arrière-grand-père multipliant avec succès les créations d’entreprises dans des secteurs variés comme la fabrication de moteurs, l’assurance ou encore l’hôtellerie.

Une stratégie intégrée tournée vers les opportunités

En 2006, après un parcours réussi dans la banque, David Pouyanne cède à son envie de créer son entreprise et fonde DPG devenu depuis le groupe Essor. Aujourd’hui, il emploie 150 personnes, sur 10 sites en France et réalise un chiffre d’affaires de 72 M€. Derrière cette réussite se dresse un positionnement fort : répondre à tous les besoins de construction d’immeubles à usage professionnel. Au fil des années, le groupe n’a cessé de diversifier ses activités développées aujourd’hui autour de la promotion immobilière, l’ingénierie, les projets d’usines pour l’industrie agroalimentaire ou encore les solutions d’investissements immobiliers. Et David Pouyanne a des idées plein la tête comme le lancement de nouvelles activités dédiées au secteur de la santé ou encore à l’industrie aéronautique. « Je vis une aventure exceptionnelle, valorisante, et je souhaite aller au bout de mes choix de vie ».

Des valeurs fortes et un coaching des équipes

Pour favoriser la croissance de son groupe, David Pouyanne mise sur le talent des hommes et des femmes avec une profonde conscience de sa responsabilité en tant que dirigeant : « À travers la création d’emploi, nous permettons à des personnes et à leurs familles de vivre dans la dignité. La PME est par nature sociétale et sociale donc profondément ancrée dans une dimension RSE ». Et pour identifier les meilleurs profils, celui qui a été 4 années Président national de Réseau Entreprendre mise sur le professionnalisme d’une équipe RH internalisée composée de 4 personnes. Pour la seule année 2017, elle a réalisé 50 recrutements ! « L’essence de la réussite tient dans le management. Nous recrutons des candidats qui partagent nécessairement les valeurs que je porte en tant qu’homme et qui m’ont été transmises par ma famille : la loyauté, l’engagement et une recherche de l’épanouissement individuel au service de l’intérêt collectif. L’une des originalités de notre groupe repose sur l’intégration d’un coach à plein temps qui s’appuie sur 3 autres coaches externes. » Leur rôle consiste à identifier puis à résoudre des difficultés souvent liées à des problèmes de management. « Ils interviennent essentiellement au cas par cas en insistant sur l’accompagnement individuel. Lors de l’entrée en fonction dans un nouveau poste par exemple, nous aidons le collaborateur à cerner toutes les dimensions de sa mission afin de le mettre tout de suite en situation de réussite. »

Transformer les risques en opportunités

Cette approche permet d’encourager une stratégie fondée sur l’initiative : « Pour moi, l’opportunité est le miroir du risque et j’encourage naturellement mes équipes à aller de l’avant car c’est la seule façon de remporter de nouveaux succès. » Et pour cela, David Pouyanne compte sur l’appui de partenaires comme les banques. « J’ai l’impression qu’elles accompagnent beaucoup mieux les entrepreneurs aujourd’hui. C’est le cas notamment de Société Générale qui a nous a accompagnés dès les premières opérations de notre groupe. C’est selon moi l’institution la plus “agile” des banques commerciales. Elle dispose d’un sens de l’économie dans toutes ses dimensions et investit avec beaucoup d’intelligence dès qu’elle est convaincue par le projet d’un entrepreneur. »

 

David POUYANNE, PDG du Groupe Essor

Cogit mise sur le crédit-bail pour financer son développement

Cogit LGC propose aux industriels de l’agroalimentaire, de la grande distribution ou encore de la pharmacie des supports d’emballages équipés de capteurs RFID permettant leur traçabilité. Mais pour gagner des affaires, mieux vaut avoir les reins solides avec un ticket moyen d’investissement s’évaluant en millions d’euros.

#Jamaisseuls Cogit