Hexagone croit en la robotique au service des hommes

épingler l'article

Champion européen du robot de piscine à haut niveau de service, Hexagone Manufacture accélère son développement en visant désormais les marchés américains et chinois porté par la conviction qu’un robot n’est utile que pour aider les hommes.

Robot Hexagone

La niche… d’un marché de niche

En 2002, Yoann Chouraqui jeune entrepreneur de 30 ans entre au capital et partage la direction. Et cela fonctionne parfaitement puisqu’Hexagone Manufacture entame un redressement spectaculaire passant de 300 000 € de CA à 2,5 M€ en 2006. Convaincu du potentiel de l’entreprise, Yoann décide de racheter l’intégralité des parts à son associé avec une idée en tête : partir à la conquête de l’Europe avec des robots toujours plus high-tech. « Aujourd’hui, nous réalisons un CA de 10 ME. Nous disposons de 7 filiales en Europe et nos produits sont distribués dans 54 pays dans le monde » souligne Yoann Chouraqui.

Avant la conquête, une stratégie essentielle de repositionnement

Piscines olympiques de Rio, de Londres, de Pékin… Hexagone Manufacture dispose de références à faire pâlir beau nombre de concurrents. Mais Yoann Chouraqui conserve la tête froide et mesure le chemin accompli. « Quand j’ai repris l’entreprise, j’ai tout de suite été convaincu que notre croissance passait par l’internationalisation et l’innovation. Mais avant cela, il fallait fiabiliser avec le plus haut niveau d’exigence nos produits pour qu’ils deviennent une référence indiscutable sur le marché. »

Un élément d’autant plus important que l’entreprise travaille quasiment essentiellement avec les collectivités. « Nous sommes sur le marché de niche d’un marché de niche avec l’obligation de garantir un taux de service proche de 100% à nos clients. Un arrêt d’une installation pour raison technique demeure toujours très mal vécu par des utilisateurs. Pour gagner des parts de marché, nous avons innové avec nos produits mais aussi dans les modes de commercialisation. Au lieu de vendre les matériels, nous avons proposé aux collectivités des contrats de location associés à des contrats de services couvrant toute la durée de vie du produit. En cas de panne, nous intervenons en quelques heures sur site. » Avec un tel argument, les collectivités ont rapidement adhéré avec 25% des piscines publiques françaises sous contrat – 65% de parts de marché en France – et 30% des bassins européens appartenant à des collectivités utilisant un robot maison. L’entreprise vient même de recevoir le Prix de l’Innovation de l’Association des Maires de France.

Un très fort investissement en R&D

Côté innovation, Hexagone Manufacture dispose de sérieux atouts continuellement renforcés avec plus de 10% du CA consacré à la R&D. « Nous avons embarqué dans nos robots un nouveau type d’intelligence. Il leur permet de nettoyer une piscine de 25 mètres en 45 minutes contre 5 heures avec un équipement traditionnel. » L’impact sur l’emploi ? « Malgré les idées reçues, il est neutre.

Comme nous l’expliquons à nos clients, nos robots font gagner un temps précieux aux techniciens qu’ils peuvent dorénavant utiliser pour réaliser des prélèvements d’eaux et du travail plus technique et gratifiant. Nos machines changent la fonction du collaborateur sans menacer leur travail. En tant que dirigeant et citoyen, je suis très sensible à la question de l’impact de la technologie sur l’emploi. Pour moi, un robot est intéressant seulement s’il enlève une tâche répétitive, pénible voire dangereuse à un collaborateur. »

Robot Hexagone

Une accélération renforcée par des expertises plurielles

Hexagone Manufacture se trouve en pleine phase d’accélération. Et cela passe d’abord par de nouvelles offres. Dans le prolongement de ses engagements sociétaux, l’entreprise a développé des équipements spécifiques dédiés aux personnes à mobilité réduite. « C’est très important pour nous de permettre à chacun, au-delà du handicap, d’avoir accès à une piscine. Nous avons tout simplement fait d’une conviction une nouvelle offre avec à la clé une place de leader en France et de n°2 en Europe pour nos systèmes de mise à l’eau mobiles. » Hexagone Manufacture vient également de lancer une innovation mondiale : un robot capable de nettoyer les gazons synthétiques tout comme les gymnases.

« En sortant notre robot de l’eau, nous nous ouvrons à un marché potentiel majeur avec des parts de marché à conquérir aux États-Unis ou encore en Chine. Je reviens de séjours dans ces deux pays et les premiers contacts s’avèrent extrêmement positifs. » L’entreprise doit à présent relever le défi de sa croissance. Et pour cela, elle a choisi la voie de l’indépendance relayée par l’adossement à de nouvelles compétences. « Je pourrais faire entrer au capital un investisseur mais je préfère dans une logique patrimoniale demeurer indépendant. J’ai 3 enfants et je souhaite préserver leur capacité à reprendre l’entreprise. » Côté compétences, Hexagone Manufacture mise sur ses équipes renforcées par le talent de nouveaux collaborateurs. « Nous avons aujourd’hui besoin d’étoffer notre équipe dirigeante avec des professionnels disposant d’une forte expérience acquise dans de grands groupes. Beaucoup sont séduits de rejoindre une PME industrielle qui leur donnera l’opportunité d’aller au bout de leurs idées à travers des cycles courts de décisions.

Nous misons également sur des collaborateurs dans tous les domaines hyper motivés. » Pour les recruter, l’entreprise valorise avant tout le savoir être plus que le CV. « Je regarde l’énergie et l’enthousiasme d’une personne. Elle doit avoir envie d’avancer avec nous, savoir communiquer avec les autres et les écouter. Je m’appuie également beaucoup sur l’expertise d’autres chefs d’entreprise mais aussi sur celle d’organismes publics comme la BPI dont nous venons de rejoindre l’accélérateur et son programme d'excellence. Ces échanges nourrissent notre réflexion. »

Partager des engagements

Pour séduire de nouveaux clients et les meilleurs talents, Yoann Chouraqui mise également sur le partage de convictions fortes. « Nous soutenons par exemple Because International à travers l’initiative « The Shoe that Grows ». L’idée de cette ONG est de fournir à des enfants notamment en Afrique des sandales qui vont grandir avec eux, plutôt que de leur remettre des paires au fur et à mesure de leur croissance.

« C’est ingénieux et pragmatique. Exactement notre positionnement. » L’Afrique représente à ce titre un des marchés d’Hexagone avec des clients dans les pays du Maghreb, en Angola, en Côte d’Ivoire, au Bénin ou encore en Afrique du Sud. « Le marché demeure cependant peu développé en raison de la faiblesse des équipements publics associée à un faible coût de la main-d’œuvre qui n’incite pas pour l’instant à investir dans des systèmes robotisés. »

Le robot n’est utile que pour aider les hommes.

Yoann Chouraqui, Président d’Hexagone

Le rôle moteur d’un partenaire bancaire

Pour accompagner la croissance d’Hexagone Manufacture, Yoann Chouraqui compte également sur les banques et en particulier sur Société Générale. « En février dernier, j’ai eu l’opportunité de rencontrer Frédéric Oudéa lors du TOP 2019, un speed-meeting entre grands patrons et dirigeants de PME/ETI organisé par le groupe. Pour moi, c’est un signe fort qui prouve toute l’attention portée à tous les clients, y compris les PME dont nous faisons partie. » Et justement, à l’origine de la relation avec Société Générale, il y a une belle histoire. « J’avais un projet de rachat de locaux. Sur le parking, un voisin entrepreneur m’a présenté son conseiller bancaire. Je lui ai exposé mon besoin de crédit-bail et deux heures après je recevais une offre qui s’est transformée.

Désormais, nous travaillons étroitement ensemble. La réactivité et le professionnalisme donne envie de nouer une relation de travail forte, je l'ai trouvé au sein de la Société Générale. » Dans la relation, Yoann apprécie l’expertise des interlocuteurs. « La banque met en face de moi des profils de grande qualité, réactifs, tout en m’accompagnant dans ma stratégie d’internationalisation. »

Le driver de l’avenir

Yoann Chouraqui envisage l’avenir à travers un driver majeur : la technologie. « Pour réussir, les entreprises devront répondre toujours davantage à une triple perspective de la technologie. Innover avec des solutions qui apportent une forte valeur aux utilisateurs, savoir gérer efficacement l’énorme flux de données auquel elles ont accès et définir puis piloter efficacement leurs réseaux d’infrastructure notamment dans le domaine de la productique. Nous sommes ainsi au cœur d’une véritable révolution industrielle. »

Delfingen s’engage en faveur d’une mondialisation solidaire

L’équipementier automobile Delfingen a su transformer une entreprise familiale en un leader mondial en misant sur l’écoute client, l’agilité et une forte culture d’entreprise partagée par ses 2 400 collaborateurs répartis dans 19 pays.

En savoir plus sur Delfingen