Quand l’EdTech agit pour la continuité de l’enseignement pour les élèves

épingler l'article

Interview de Hélène Lejeune, PDG de ENACO, première école de commerce à distance en France

Avec plus de 25 000 étudiants francophones formés dans 88 pays, ENACO est la première école de commerce à distance en France, avec un taux de réussite moyen de 82%. Elle propose 60 formations diplômantes ou certifiantes en commerce, marketing, management, finance et RH : Titres professsionnels, BTS, Bachelors, Masters... 130 salariés sont employés et basés à Roubaix.

Photos locaux ENACO

Quelles actions avez-vous mises en place pour répondre à l’effort de lutte contre le crise ?

Nous avons décidé de mettre à disposition des acteurs de l’éducation secondaire et de l’enseignement supérieur, notre campus numérique, à titre gracieux. Les enseignants, élèves et étudiants des établissements intéressés par notre plateforme technologique accèdent aux outils de communication : classes virtuelles, chats, forums ainsi qu’aux contenus de l’école si nécessaire.
 

Comment votre entreprise s’est-elle adaptée ? Quels sont vos enjeux ?  

Notre ADN est l’enseignement à distance. Le télétravail a donc été anticipé et logiquement mis en place pour nos équipes. Nous avons mis en œuvre un plan d’urgence de continuité d’activité, rendu possible par nos outils numériques internes. Nous maintenons le lien via notre réseau social d’entreprise, organisons des réunions en ligne régulièrement, notamment avec les enseignants, et avons mis en place, dans le cadre du confinement, des séquences ‘’détente’’ en live pour nos étudiants (yoga, boxe française, sophrologie, cours de cuisine…). Garder le contact avec nos populations est essentiel.

Sur le plan opérationnel, nos procédures sont en place, notre technologie est fiable. Nous avons dû augmenter la capacité des serveurs pour répondre à plusieurs enjeux.

Tout d’abord, l’enseignement se poursuit normalement pour tous nos étudiants et c’est particulièrement important à l’approche des examens de fin d’année. Ensuite, nous avons dû répondre aux nombreuses sollicitations de nos confrères non équipés, soucieux de continuer leur activité, et enfin, être au rendez-vous des initiatives lancées par le Ministère du Travail et Pôle Emploi.

A ce titre, un dispositif de formation en ligne accessible aux demandeurs d’emplois et à ceux touchés par le chômage partiel à cause de la crise a été rapidement développé et lancé. Le milieu de la formation évolue aussi en perspective de possibles reconversions de carrière et nous voyons beaucoup de salariés d’entreprises, activer leur CPF* également.

Nous apprenons à travailler dans l’urgence et plus efficacement. Nos procédures d’inscription se sont accélérées pour absorber la demande. En 48 heures, ce sont près de 400 nouveaux étudiants qui ont eu accès à la plateforme. Habituellement nous gérons 5000 inscriptions à l’année. Je tiens à souligner l’implication exemplaire de mes équipes mobilisées et motivées à contenir l’impact de ce surcroît d’activité. Cela me touche particulièrement.
 

Votre message pour l’avenir

On pourrait penser que notre secteur d’activité n’est pas impacté par la crise puisque nos process reposent sur du full e-learning. Mais cette crise montre que tous les champs de développement futurs sont possibles : l’éducation numérique est un enjeu national majeur, tout le monde a pu le constater. Plus largement le numérique offre des opportunités de développement dans beaucoup de secteurs. Nous devons nous servir de cette dynamique et de l’énergie de nos équipes pour définir l’avenir de nos entreprises.
 

Comment Société Générale vous accompagne dans le contexte ?

Les mesures annoncées sont claires, ambitieuses et accessibles. Pour le moment nous n’avons pas actionné ces dispositifs mais nous savons qu’en cas de nécessité cela peut se faire dans des délais courts. Nous suivons de près l’actualité et échangeons très régulièrement sur notre activité et nos besoins, puisqu’ENACO poursuit ses projets de développement pour 2020.

Ce qui m’importe, c’est la capacité à continuer d’accompagner notre développement. La réactivité de notre partenaire bancaire est un facteur aujourd’hui déterminant de notre croissance : tout va très vite dans notre univers de l’éducation numérique !
 

En tant que dirigeants, nous devons repenser nos modèles, réfléchir à l’après en associant nos équipes. J’ai découvert une grande capacité de résilience, un état d’esprit de battants de la part de mes collaborateurs.

Hélène Lejeune, PDG de ENACO

(*) Compte Professionnel de Formation