L’homme qui rêve de digitaliser le gazon

A peine deux ans après son entrée dans l’entreprise, Arnaud Dugast rachetait Sitoflor à son ancien patron avec comme nouveau défi de digitaliser le business du gazon auprès des particuliers.

En 2007, Arnaud Dugast entre chez Sitoflor au poste de Directeur Commercial. Cette société connaît une activité prospère dans la vente de gazon pour les professionnels et bénéficie d’une image particulièrement forte auprès des paysagistes. Quand deux ans plus tard son patron le mandate pour trouver un repreneur, il se porte candidat. Le rachat s’opère naturellement entre un cédant rassuré par la pérennité de l’entreprise et un repreneur conscient des atouts de la pépite dont il a désormais les rênes. Côté financement, là encore, tout est allé très vite, avec la confiance de la Société Générale qui a tout de suite cru au nouveau projet. « Je me rappellerai toujours du 1er juillet 2009, le jour où je suis devenu dirigeant. J’ai immédiatement senti une nouvelle responsabilité, l’enjeu de mes prises de risque et l’impact que mon management aurait sur le développement de l’entreprise. Être patron n’est pas inné. Certains sont faits pour le devenir, d’autres non. Cela, mieux vaut en être parfaitement conscient lors d’un rachat qui engage durablement son patrimoine personnel. »

Rachat d’entreprise… flairer le potentiel de l’intérieur

« Mon poste de Directeur Commercial m’a permis d’identifier très tôt les opportunités de la société. Cela a bien évidemment rassuré les deux associés qui ont participé au tour de table. Parmi eux, un ancien client ! » Dès le rachat effectué, Arnaud Dugast a donné un énorme coup de booste à l’entreprise. Stratégie : renforcer les positions existantes et se positionner sur le marché des particuliers avec des offres innovantes. Sitoflor, trop marqué par son activité de gazon en rouleau pour les professionnels, est devenue Covergarden, en s’ouvrant aux particuliers. L’entreprise est aujourd’hui leader sur son marché historique mais également sur les gazons en plaque, synthétiques et naturels. Son nouveau défi ? Digitaliser le gazon.

Je suis vigilant à ne pas me faire déborder par mon travail en maintenant une parfaite alchimie entre vie professionnelle et activités partagées avec ma famille et mes amis.

Arnaud Dugast, Président Directeur général de Covergarden

La première entreprise à proposer du gazon connecté

À la question « La digitalisation touche-t-elle tous les domaines ? » Arnaud Dugast répond l’œil malicieux tout naturellement « Oui ». Covergarden développe actuellement une nouvelle offre, en collaboration avec des partenaires dont le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, destinée à inventer le gazon connecté. Le principe consiste à aider les particuliers à entretenir leur gazon avec deux enjeux. Le premier, esthétique, avoir une pelouse bien verte. Le second, sociétal, en supprimant l’utilisation de produits phytosanitaires. « Nous allons proposer aux clients particuliers des offres allant du conseil en ligne sur l’entretien de leur pelouse jusqu’à l’automatisation de la tonte, sans qu’ils aient à intervenir. En parallèle, nous avons lancé un concept store à Bordeaux que nous allons progressivement déployer à travers un réseau de franchisés. Nous sommes en train de réinventer notre métier en associant la proximité d’un réseau physqique et l’interactivité liée à un réseau digital. »

Un équilibre vie professionnelle, vie privée

Pour assurer le développement de son entreprise, Arnaud Dugast s’appuie sur un équilibre personnel. « A 43 ans, j’ai toujours la même passion, la vie. Je suis vigilant à ne pas me faire déborder par mon travail en maintenant une parfaite alchimie entre vie professionnelle et activités partagées avec ma famille et mes amis. »

Cogit mise sur le crédit-bail pour financer son développement

Cogit LGC propose aux industriels de l’agroalimentaire, de la grande distribution ou encore de la pharmacie des supports d’emballages équipés de capteurs RFID permettant leur traçabilité. Mais pour gagner des affaires, mieux vaut avoir les reins solides avec un ticket moyen d’investissement s’évaluant en millions d’euros.

#Jamaisseuls Cogit