Les vertus de l’investissement responsable

Depuis 18 ans, Calligraphy-Print, une imprimerie de la région de Rennes, répond à une baisse structurelle des volumes et des marges par une excellence industrielle soutenue par des investissements majeurs. Aujourd’hui, l’entreprise est l’une des plus performante du territoire et séduit de grands groupes du SBF 120 grâce notamment à ses certifications environnementales. Parmi eux, Société Générale qui lui a confié l’impression de son premier Rapport intégré.

« Nous contribuons à la performance environnementale des grands groupes soumis à de fortes exigences dans ce domaine. » Olivier Pouchin, Président de Calligraphy-Print

Résilience programmée

Le digital a littéralement balayé le secteur de l’imprimerie. En 1989, près de 10 000 entreprises intervenaient dans ce domaine. Aujourd’hui, leur nombre s’établit à 2 300 pour sûrement frôler la barre des 500 dans les années à venir. Beaucoup de dirigeants ont changé d’activité. Olivier Pouchin, président de Calligraphy-Print, a joué la carte de la résilience. Il transforme chaque difficulté en opportunité de renforcer la performance de l’entreprise fondée par son père en 1989. Son inspiration stratégique ? Aller chercher des points de compétitivité en investissement en permanence et surtout, en analysant minutieusement le retour sur investissement des capitaux employés.

Un investissement générateur de 500 K€ de marge

Le marché est continuellement baissier ? Calligraphy-Print répond par un nouvel investissement de 11 M€ en 2017 alors que l’entreprise réalise un chiffre d’affaires de 11 M€. Objectif : internaliser des opérations de façonnage auparavant externalisées avec de nouveaux équipements réunis dans un bâtiment flambant neuf de 4 000 m2. « Grâce à cela, nous sommes parvenus à réintégrer 700 K€ de cash finançant jusque-là des opérations de sous-traitance. Et surtout, nous dégageons 500 k€ de marge additionnelle. Cet investissement nous a permis de renforcer notre compétitivité avec une baisse de nos tarifs de 15 % tout en sécurisant les délais de production. » Avec la crise, beaucoup de sous-traitants spécialisés ont disparu. « Dans certains métiers spécifiques, il ne reste plus qu’un ou deux fournisseurs rapidement saturés en période de pointe. »

Sécuriser des dossiers stratégiques

La maîtrise complète du cycle de production d’un dossier, en respectant les délais, représente un atout déterminant pour des clients soumis à des contraintes réglementaires extrêmement strictes comme les entreprises cotées. « Nous avons par exemple remporté le rapport d’activité intégré du groupe Société Générale avec un cahier des charges technique très exigeant. Nous disposions contractuellement de moins de 4 jours ouvrés pour fabriquer les 1 000 premiers exemplaires de ce document stratégique de 56 pages relayé par un dispositif digital. Nous devions impérativement les livrer la veille de l’Assemblée Générale des actionnaires tenue le 23 mai. » Si la banque a retenu l’imprimeur breton, c’est donc pour sa performance mais aussi car c’était l’un des seuls à pouvoir tenir un planning aussi tendu en répondant aux critères de qualité et environnementaux les plus élevés. « Il existe une forte confiance réciproque. Nous avons appris à travailler ensemble puisque Société Générale est également notre banque et soutient nos investissements en matériel ou nos projets immobiliers. »

Assurer une visibilité réciproque

Habitué aux négociations tendues avec les acheteurs, Olivier insiste sur l’intérêt de leur offrir un maximum de visibilité sur la stratégie de l’entreprise et la portée des investissements. « Leur métier repose bien évidemment sur la négociation des tarifs les plus compétitifs. Mais ils doivent également s’assurer que les prestataires référencés seront toujours en activité dans les années à venir. Nous dégageons 2 % de rentabilité. Alors, si un client nous demande de baisser nos tarifs au-delà du raisonnable, nous savons décliner en argumentant notre position. En 20 ans, nous avons divisé certaines prestations par 150. Mieux vaut parfois refuser une affaire que de la réaliser à perte. »

Une réciprocité économique avec Société Générale

Société Générale représente un client important de l’imprimerie avec des relations nouées dans le cadre du Pacte PME. « Nos interlocuteurs sont tout aussi attentifs à la qualité de nos productions qu’à nos certifications environnementales, essentielles pour respecter les propres engagements sociétaux du groupe. » Et dans ce domaine, Calligraphy-Print frôle l’excellence avec une certification ISO 14001 acquise très tôt en 2009, des prix comme l’Oscar du développement durable remis par le département d’Ile-et-Villaine ou encore un trophée aux Chênes du Grand Ouest récompensant des entreprises familiales de Bretagne, Normandie et Pays de Loire. Son engagement RSE a également été salué pour son excellence puisque Ecovadis l’évalue depuis 2015 Corporate Social Responsibility Gold, soit le niveau le plus avancé. « Nous sommes probablement l’imprimeur le plus engagé dans le domaine de la RSE en France avec une certification ISO 9001 acquise depuis 2005, une certification ISO 14001 obtenue en 2009 et une adhésion au Global Compact depuis 2009. C’est devenu un réel argument de vente. De grands groupes et des ETI nous sollicitent de plus en plus pour contribuer à améliorer leur propre bilan environnemental à travers leurs publications. » L’entreprise à des arguments de poids à partager avec de multiples initiatives en faveur de la conservation de la biodiversité. Exemples avec l’installation de ruches sur le site de production depuis 2011 mais également un éco-pâturage lancé en 2014 sur 15 000 m2 participant à la préservation de races anciennes de moutons d’Ouessant et de chèvres.

Le print complémentaire du digital

Olivier envisage l’avenir positivement avec un regain d’intérêt des annonceurs pour le print. « La télévision n’a pas tué la radio. Le digital ne tuera pas le print. Nous connaissons actuellement une phase de transition et des ajustements s’opèrent. Deux facteurs jouent en faveur des documents imprimés. D’abord, la nouvelle réglementation européenne qui va inciter les fournisseurs d’accès à internet à bloquer les émetteurs d’e-mailings intrusifs. Ces annonceurs abusant d’envois digitaux non ciblés devront nécessairement identifier de nouveaux canaux de communication et le print représente une alternative porteuse. Autre facteur positif ? Le comportement d’acteurs majeurs du digital réputés pour la pertinence de leur marketing. Amazon – un membre éminent des GAFAM – a récemment réalisé une brochure de 16 pages largement diffusée pour valoriser une vente en ligne de Lego. » Et Olivier confirme cette tendance. « Je constate les retours sur investissement de mes propres clients. Ils génèrent régulièrement avec des supports papier ciblés – flyers, catalogues… – un fort trafic en point de vente. Certains obtiennent même +30 % de ventes en conquête grâce à des documents imprimés. Souvent, ceux qui n’utilisent que le digital voient leurs ventes stagner, la réponse de cibles saturées de messages. » Pour répondre aux nouvelles commandes, Calligraphy-Print cherche à attirer de nouveaux talents qui viendront rejoindre ses 70 collaborateurs.

Nicolas Sibuet, Directeur générale de Maisons et Hôtels Sibuet

Voyage au cœur de l’expérience hôtelière

Tout comme les nez en parfumerie, les membres de la famille Sibuet créent depuis 30 ans des hôtels de charme destinés à faire vivre une expérience unique à leurs hôtes.

#JamaisSeuls Maisons et Hôtels Sibuet