« Les entreprises familiales ont une vision stratégique plus construite »

Leader du commerce international en France, Société Générale est depuis longtemps un partenaire quotidien des entreprises familiales qui exportent. Elle accompagne à l’international près d’une entreprise sur trois en France, finançant le poste export, et prodiguant conseils et outils de sécurisation pour les opérations bancaires. 3 questions à Pascal Augé, Directeur Global Transaction and Payment Services du Groupe.

Selon vous, de quoi ont le plus besoin les entreprises familiales quand elles souhaitent se lancer à l’export ?

Pascal Augé : Souvent, ces entreprises qui ont une offre commerciale exportable ne sautent pas le pas parce qu’elles manquent d’informations. Elles ont besoin de savoir où sont leurs clients potentiels, et si elles identifient un marché, quelles sont les habitudes locales, la réglementation, les contraintes institutionnelles, comment on peut les gérer… Elles ont du mal à se lancer hors de l’Union européenne. Et si elles ont l’avantage de se projeter plus facilement sur le moyen-long terme et d’avoir une vision stratégique plus construite, ce sont aussi celles qui demandent le plus d’accompagnement.

Comment répondez-vous à ce besoin d’information et d’accompagnement ?

P.A. : Nous avons plusieurs outils à leur proposer. D’abord, notre réseau de près de 150 experts du commerce international en France travaille au quotidien avec nos 800 spécialistes dans le monde. En outre, notre site internet consacré à l’import-export bénéficie grâce à un partenariat avec Ubifrance, d’une énorme masse d’informations sur les marchés internationaux : offre Société Générale, indicateurs économiques, informations sectorielles, risques pays, contacts locaux... Il permet aussi aux entrepreneurs, où qu’ils soient, de poser leurs questions à un SVP Commerce International. Ils obtiennent une réponse dans les 24/48 heures. Ils peuvent également rencontrer d’autres entreprises, au travers de nos nombreux évènements en région. C’est important de partager avec d’autres dirigeants qui ont les mêmes problématiques. Notre volonté à travers ces différentes aides est de faire de la pédagogie, presque de la vulgarisation pour démystifier le passage à l’international et les aider à sauter le pas.

Site Import-Export Solutions

Et une fois qu’elles ont sauté le pas, ont-elles encore besoin d’être aidées ?

P.A. : Nous ne les laissons pas livrées à elles-mêmes. D’abord, elles ont besoin de sécuriser leurs transactions et pour cela nous avons de nombreux outils de sécurisation à leur proposer, qu’il s’agisse de crédits documentaires, de garanties internationales, de services de gestion du risque de change, et nous avons été les premiers à développer un partenariat avec Bpifrance… Nous leur proposons aussi l’affacturage export qui permet de sécuriser l’envoi de marchandises dans un pays étranger et de rassurer leurs fournisseurs en leur garantissant le paiement des importations. D’autre part, la présence de notre réseau d’experts dans plus de 50 pays, ou via des partenariats avec des acteurs locaux dans les pays où nous ne sommes pas implantés, permet à l’entreprise d’avoir toujours un interlocuteur sur place.