Quel environnement économique pour le début du quinquennat Macron ?

Alors que les deux précédents quinquennats avaient été marqués par des crises économiques majeures (récession mondiale en 2008-2009, crise de la zone euro en 2011-2013), le nouveau Président français bénéficie d’une situation conjoncturelle nettement plus porteuse pour son début de mandat.

L’économie française profite en effet de perspectives à l’exportation mieux orientées, grâce notamment à la reprise économique en cours dans les pays émergents. En parallèle, le soutien de la politique monétaire ultra-accommodante de la BCE joue à plein, alimentant une accélération du crédit et une reprise de plus en plus vigoureuse du marché immobilier et de la construction de logements. Dans ce cadre, les créations d’emplois, qui ont déjà accéléré en 2016, devraient rester bien orientées cette année, permettant au taux de chômage de reculer de façon plus sensible dans les prochains mois.

Pour autant, le nouveau Président n’est évidemment pas sans défis sur le plan économique. En premier lieu la croissance, même si elle est revenue, reste faible (1,3 % attendu cette année) après 1,1 % en 2016. Cette croissance peu vigoureuse va de pair avec une dégradation continue de la compétitivité de la France et un chômage structurellement élevé, notamment pour les populations les plus jeunes et les plus âgées.

En second lieu, le délai obtenu pour ramener le déficit budgétaire sous la barre des 3 % du PIB expire cette année. Or, le nouveau Président ne souhaite pas amender le budget déjà voté pour l’année 2017 (même si ce choix appartiendra in fine au gouvernement issu des élections législatives de juin) alors que le déficit budgétaire constaté en 2016 (-3,4 % du PIB) a été légèrement supérieur à la cible et en repli très modeste par rapport à 2015 (-3,6 % du PIB). La cible de déficit budgétaire sera donc difficile à atteindre, ce qui renforce davantage le besoin de mettre en place rapidement des réformes afin de rassurer les partenaires européens.

François Letondu, Adjoint au Responsable des études macroéconomiques