29/01/2020 : En rejoignant l'Hydrogen Council, Société Générale démontre une fois de plus son engagement pour un avenir durable et résilient face au changement climatique. Découvrez comment l'hydrogène contribuera à la transition énergétique et quel rôle jouera la banque.

Lancé au Forum économique mondial de Davos au début de 2017, l'Hydrogen Council est une initiative lancée par un comité de dirigeants d'entreprises visant à promouvoir le rôle des solutions hydrogène dans la transition énergétique mondiale ; ainsi qu'à lutter contre le réchauffement de la planète en décarbonisant les systèmes énergétiques et les processus industriels dans la poursuite des Accords de Paris COP21 et des Objectifs de développement durable des Nations Unies.

L'Hydrogen Council rassemble aujourd'hui plus de 81 multinationales de divers secteurs industriels et énergétiques le long de la chaîne de valeur de l'hydrogène : énergéticiens, pétrole et gaz, chimistes, producteurs de matières premières industrielles, métaux et mines, automobile et camions, équipementiers, et autres transports (aéronautique, trains, navigation).

Chacun des membres fondateurs reconnaît l'énorme potentiel de « l'hydrogène propre » qui permet de réduire de façon significative les émissions de gaz à effet de serre, en particulier dans les secteurs « difficiles à décarboniser » par d'autres options, comme le transport lourd, le chauffage, ou certains procédés industriels. Depuis un certain temps, les solutions d'hydrogène sont matures et prêtes à être déployées ; il est maintenant temps de travailler ensemble pour faire de « l'hydrogène propre » une réalité économique.

Nous sommes très heureux de nous joindre l'Hydrogen Council. L'hydrogène a un potentiel énorme pour créer des chaînes de valeur sans carbone, adaptées aux besoins et aux circonstances de différentes régions ayant leurs ressources propres. La création de ces chaînes de valeur offre des possibilités de développement d'une toute nouvelle industrie. Fidèle à notre engagement dans la transition énergétique, nous sommes ravis de nous joindre à nos clients dans ce rôle de leadership collectif.

Olivier Musset, Responsable Mondial du Groupe Énergie

Pour atteindre la vision d'une économie de « l'hydrogène propre » commercialement viable, de substantiels investissements astucieux, et des modes de financements innovants seront nécessaires pour déployer des technologies de l'hydrogène à grande échelle.  Société Générale a joué un rôle de premier plan dans la structuration de la dette et des fonds propres, et le financement de développement de technologies de transition énergétique antérieures telles que le solaire, l'éolien marin (fixe et flottant), le captage et la séquestration du carbone, et les batteries. Par conséquent, la Banque entend utiliser la force de ses franchises de conseil, et de financement, pour structurer et financer des projets d'hydrogène à grande échelle.

Nous nous sommes donc joints au Groupe d'investisseurs de l'Hydrogen Council, récemment créé, composé de banques et d'autres institutions financières. Nous travaillons activement au sein de « l'équipe projet de financement » pour donner des conseils sur les programmes de financement novateurs et formuler des recommandations sur les soutiens requis pour aider à réaliser l'économie de l'hydrogène.

Olivier Musset, Responsable Mondial du Groupe Énergie

Traditionnellement fabriqué à partir de gaz naturel ou de charbon, l'hydrogène est une ressource abondante et un vecteur d'énergie polyvalent, avec une valeur ajoutée prouvée. Il est utilisé en grandes quantités depuis de nombreuses années dans les industries de l'ammoniac et du raffinage du pétrole. Les piles à combustible qui convertissent l'hydrogène et l'oxygène de l'air en électricité et en eau existent depuis plus de 50 ans.

Aujourd'hui, la clé est la décarbonisation de la production d'hydrogène et à cette fin voici plusieurs options :

  • Électrolyse : de l'hydrogène, pratiquement sans carbone, peut être produit à partir de l'eau par électrolyse, avec de l'électricité renouvelable. Par exemple, lorsqu'il y a un excédent récurrent de production d'électricité renouvelable, il peut être utilisé pour produire de l'hydrogène vert, au lieu de restreindre la production d'électricité renouvelable.
     
  • Vapo-reformage avec capture et séquestration du carbone : en équipant les processus de production d'hydrogène (ex. à partir de gaz naturel ou de biogaz) avec des procédés de capture et séquestration du carbone où le dioxyde de carbone est éliminé, l'hydrogène obtenu est un hydrogène « bas carbone ».

À partir de là, le potentiel de décarbonisation grâce aux applications de cet « hydrogène propre » est virtuellement infini, notamment :

- En se substituant au charbon, pétrole et gaz dans une vaste gamme de secteurs : l'acier, les raffineries, le ciment, l'agriculture, etc.
- Dans le transport (des autobus, des camions aux transports en commun, y compris les trains, les avions et les navires) ;
- Dans le Chauffage des bâtiments (résidentiel, commercial et public) ;
- Dans le stockage à long terme de l'énergie renouvelable : offrant une intégration et un stockage efficaces et à grande échelle des énergies renouvelables intermittentes, tout en assurant la sécurité énergétique ;
- Dans la distribution de l'énergie entre les secteurs et les régions.

D'ici 2050, l'hydrogène pourrait répondre à 18 % de la demande mondiale d'énergie et réduire les émissions de carbone de 6 Gt chaque année, ce qui représente 13 % des émissions mondiales. Pratiquement tous les gouvernements de l'OCDE et l'AIE ont identifié l'hydrogène comme un contributeur crucial dans leurs stratégies et feuilles de route nationales en matière de transition énergétique.Pour exploiter pleinement le potentiel et la valeur de l'hydrogène, les gouvernements et les décideurs politiques sont clés pour fournir un environnement propice nécessaire, et notamment un cadre législatif et réglementaire approprié ainsi que des incitations financières.

Comme mentionné ci-dessus, Société Générale travaille au sein du Conseil Hydrogène pour développer des financements pour une série de projets d'archétype. Cependant, peu de projets de grande envergure dans le domaine de l'hydrogène ont atteint le point nécessitant des niveaux importants de financement par emprunt ou de déploiement de capitaux propres, en raison du fait que « l'hydrogène propre » est encore cher comparé aux alternatives (carbonées ou non).

Compte tenu de l'élan sans précédent que l'hydrogène « bas carbone » a pris, nous sommes convaincus que les mandats se concrétiseront bientôt. Société Générale est d'ores et déjà en discussion avec ses clients sur différentes opportunités, soit pour les aider à définir leur stratégie hydrogène, soit en rencontrant des partenaires et clients potentiels, ou discuter de la structuration et du financement de futurs projets d'hydrogène, restez à l'affût !

Louis-Aynard de Clermont Tonnerre, Responsable du Groupe Sectoriel Énergies, Services et Infrastructures