L'Afrique, continent de croissance et d'opportunités

épingler l'article

3 questions à Alexandre Maymat, Responsable de la région Afrique/Asie/Méditerranée et Outremer, Banque et Services Financiers Internationaux.

Concrètement, pouvez-vous nous relater tout ce que le Groupe a opéré sur ce continent en 2015 ?

L’année 2015 a été très intense pour toutes les équipes mobilisées sur l’Afrique.

Tout d’abord, nous avons continué à renforcer notre présence sur le continent. En effet, alors que, globalement, le positionnement des banques françaises en Afrique s’effrite, nous poursuivons le développement de notre dispositif par la création de Société Générale Togo en juin dernier, et par la finalisation en octobre de notre prise de participation majoritaire dans MCB Mozambique, pour créer Société Générale Mozambique.

Désormais, le Groupe compte une présence dans 18 pays, près de 1 000 agences, 11 000 collaborateurs, plus de 3,3 millions de clients dont 150 000 entreprises en Afrique. Société Générale figure ainsi parmi les 3 banques internationales les plus présentes en Afrique.

Côté business Entreprises, nous avons continué à consacrer des efforts autour de sujets clés pour garantir l’accompagnement de notre développement. Sans rentrer dans le détail, je citerai rapidement le travail fourni pour mettre au niveau des standards internationaux notre offre de cash management (ce point nous a permis notamment de concrétiser de beaux contrats avec des groupes comme ZTE ou Deutsche Post / DHL) ; nous avons aussi travaillé sur un projet de création d’une offre de cash pooling régional, nous élargissons des solutions spécifiques d’affacturage et de crédit-bail au service des PME. 40 % de nos filiales ont renforcé leur dispositif et leur offre de trade finance dans le cadre de la joint-venture Trade entre les pôles Banque et Services financiers internationaux et Global Transaction & Payment Services. Nous créons par ailleurs une salle des marchés régionale à Abidjan, ainsi que des plateformes régionales de financements structurés à Casablanca et Abidjan. Nous continuons à développer les synergies commerciales entre nos filiales africaines et SG China, ainsi qu’avec les équipes commerciales de SG CIB.

Toutes ces actions sont motivées par notre volonté de contribuer toujours plus au financement de l’économie des pays dans lesquels nous sommes présents, en participant aux projets structurants pour ces pays. A nouveau, je peux dire que 2015 a été une année dense, également en ce qui concerne la diversité des projets financés par nos banques locales qui se sont toujours appliquées à mettre au service des clients locaux et internationaux notre savoir-faire en financement :

  • Dans le domaine des telcos, Société Générale Cameroun a participé au financement des besoins de MTN Cameroun et Orange Cameroun (levée de dette) dans le cadre du déploiement de la 3G et de la 4G.
  • Toujours dans le même domaine, Société Générale Maroc a participé à une importante opération d’un montant de près de 17 M EUR avec WANA, un opérateur de téléphonie mobile au Maroc, au profit d’Alcatel Lucent pour l’installation d’un câble sous-marin.
  • En Algérie, la Banque, via son pôle de BFI, a finalisé en juillet dernier, en tant que chef de file, agent de crédit, teneur de comptes et agent de sûretés, la levée d’un crédit syndiqué d’un montant total de 240 M EUR, pour la création d’une nouvelle cimenterie avec CILAS / groupe Lafarge.
  • Société Générale Maroc, avec l’expertise de son équipe Financements Structurés, a signé en mars une convention de prêt à moyen terme de 1,4 Md MAD (138 M EUR) avec l’Office Chérifien des Phosphates.

Soulignons également que Société Générale a activement participé au développement des PME en finançant leurs projets en collaboration avec les institutions financières internationales (AFD et sa filiale Proparco par ex, Banque Mondiale via IFC…). A titre d’exemples :

  • En décembre 2014, Société Générale Bénin a signé la convention PAMESO, plan d’aide à la mésofinance coordonné par l’AFD sur les fonds de l’UE, pour faciliter le financement de PME et TPE au Bénin.
  • En janvier 2015, SGBS a signé au Sénégal une convention de financement avec l’AFD, d’un montant de 2 Md FCFA, dédiée à l’efficacité énergétique et aux énergies renouvelables.
  • En juillet dernier, SGBCI (Côte d’Ivoire) a signé une convention de crédit à hauteur de 6 M EUR pour financer des investissements verts, dans le cadre du projet SUNREF UEMOA. La première ligne de crédit a été octroyée à SONACO, leader du carton ondulé en Côte d’Ivoire.

Il est également à noter que le groupe Société Générale, pour démontrer son engagement sur l’Afrique, a nommé au printemps dernier Cathia Lawson Senior Banker dédié au continent. Son travail et son influence ont d’ailleurs été reconnus en décembre dernier par La Tribune Women’s Awards.

La banque des particuliers en Afrique impose quant à elle progressivement sa propre dynamique et présente une segmentation importante avec des niveaux d’usage de services bancaires très hétérogènes et évolutifs. Pour accompagner ces changements, nous renforçons de façon continue notre expertise marketing locale et innovons pour tester de nouveaux formats d’agences ou de moyens de paiement, et lançons de nouvelles initiatives : par exemple nous avons lancé une offre panafricaine de mobile banking [lien CP], qui permettra à certaines de nos filiales d’être les premières sur leur marché à offrir aux particuliers africains un outil aussi élaboré ; nous élargissons notre offre de banque privée et d’assurance à d’autres pays, incluant l’Afrique subsaharienne ; nous développons de nouveaux formats d’agences (Agences camion, etc.).

En effet, votre bilan de l’année 2015 est dense ! Au niveau de votre organisation, quels sont les impacts d’une telle activité et d’une telle diversité ? Quels sont vos principaux enjeux ?

Pour parvenir à ce résultat, nos enjeux ont été et sont encore multiples.

Tout d’abord, nous avons lancé des programmes globaux et déterminés pour professionnaliser nos équipes locales. En Afrique comme ailleurs, il n’y a pas de bonne ou mauvaise banque, il n’y a que de bons ou de mauvais banquiers. C’est la qualité de nos collaborateurs qui fonde notre réussite. C’est la raison pour laquelle nous avons impulsé un projet dédié à l’Afrique visant la montée en puissance et en compétence et l’amélioration continue des collaborateurs africains, favorisant et valorisant ainsi leur pleine implication dans la démarche de la satisfaction de nos clients. Par exemple, s’agissant des équipes en charge de la clientèle Entreprises, nous avons créé un programme intitulé CAP Afrique, qui a vocation à amener tous les collaborateurs œuvrant pour les clients entreprises (du back au front en passant par les risques) à un standard d’expertise et de qualité de prestation. D’ici fin 2016, tous les collaborateurs de la ligne-métier sur le continent auront reçu ce module de formation.

En termes d’image et de communication, pour couronner notre engagement sur le continent, nous avons lancé, en avril dernier, une campagne de communication institutionnelle Société Générale à destination des entrepreneurs en Afrique. Cette campagne de publicité panafricaine a été conçue pour donner une image unique et cohérente du Groupe sur l’ensemble du continent, en venant en renfort des campagnes de publicité portées localement par nos différentes filiales. Le film a été diffusé sur des chaînes panafricaines de TV (France 24 et TV5 Monde), sur le web, en presse avec Jeune Afrique et dans certains aéroports comme ceux de Conakry ou d’Abidjan. Les retours sont très bons de la part de nos clients, mais également de la part des équipes en local qui se sont approprié cette campagne avec fierté.

Toujours, dans une démarche d’homogénéisation de notre image mais aussi de mise à niveau de notre dispositif commercial, nous avons lancé cet été un Hub Marketing et Communication basé à Abidjan pour homogénéiser notre offre sur le continent et faciliter la montée en puissance des petites filiales subsahariennes.

Un sujet que nous n’avons pas encore évoqué : quelle place pour l’innovation et le digital en Afrique ?

L’Afrique est un territoire d’innovation et nous souhaitons absolument être à la pointe de l’innovation sur ce continent ! Sur un marché encore peu mature, nous devons nous imposer comme des créateurs d’usage. Nous créons donc à Dakar une structure qui a pour vocation de stimuler et d’accélérer l’innovation au sein de toutes les filiales d’Afrique subsaharienne. Afin d’accélérer son démarrage, nous lançons le premier hackathon panafricain Société Générale dont les gagnants seront récompensés à Dakar le 10 février prochain. Nous comptons découvrir par ce concours des idées innovantes que nous pourrons décider de prototyper et de déployer sur toute la zone.

En ce qui concerne le digital, l’Afrique n’est pas en reste, loin de là. Notre rôle est d’accompagner, voire d’anticiper tous les changements que cela va impliquer dans la façon de consommer la banque pour proposer dès maintenant des techniques, des outils que nous réclameront tous nos clients demain. Nous avons parlé du mobile plus haut à ce sujet. Une révolution culturelle a bien démarré en Afrique et nous la suivons de près, au-delà de nos frontières du métier de banquier !

Quelle conclusion pour 2015 et quels souhaits pour 2016 ?

L’Afrique est un continent de croissance et d’opportunités, c’est un continent moins instable que dans les décennies précédentes et plus résilient au plan économique. C’est un marché de l’offre : nous devons contribuer à l’émergence des nouveaux besoins et usages de nos clients ! C’est donc un territoire dans lequel nous pouvons pleinement faire valoir ce qui fait l’ADN de Société Générale en Afrique : notre ancrage local qui nous permet de bien comprendre comment le marché évolue, selon ses propres marqueurs et d’identifier les acteurs locaux avec lesquels travailler ; notre expertise internationale, acquise depuis 150 ans dans des pays plus matures et que nous devons mettre plus que jamais au service d’économies dans lesquelles les besoins bancaires se sophistiquent ; notre capacité d’innovation, autour du digital et des nouveaux modèles de distribution.

Beaucoup de chantiers donc pour 2016, avec enthousiasme et énergie !

Personnes en réunion de travail

La dynamique africaine

Présente sur le continent depuis plus de 100 ans, Société Générale a acquis une très bonne connaissance du terrain et s’est forgée une solide expérience dans l’accompagnement des clients entreprises et particuliers. Forte de cet ancrage historique et de son maillage géographique, la Banque donne aujourd’hui la parole à ceux qui façonnent cette Afrique dynamique, créative et innovante.

Lire le dossier