Financement de la toute première ferme éolienne offshore aux Etats-Unis

Lorsque la société Deepwater Wind a eu besoin de 298 millions de dollars pour construire la première ferme éolienne offshore des États-Unis au large des côtes de Rhode Island, Société Générale a réussi à lever les fonds nécessaires en un temps record.

En faisant passer les fermes éoliennes « offshore » de la théorie à la réalité aux États-Unis, ce financement par la dette a institué un nouveau modèle de financement pour les prochains parcs éoliens offshore du pays.

L'engagement financier de Société Générale a été essentiel pour mener à bien ce projet inédit. La ferme éolienne de Block Island ouvre une nouvelle aire pour les énergies renouvelables
aux Etats-Unis.

Jeffrey Grybowski, PDG de Deepwater Wind

Lorsque les installations entreront en service à la fin de l'année 2016, l'électricité générée par les cinq turbines sera en partie acheminée vers l'île de Block Island, qui deviendra donc moins tributaire des générateurs au diesel. Un câble sous-marin connectera par ailleurs la ferme au réseau électrique du continent.

Deepwater Wind a voulu lever les fonds nécessaires très rapidement pour se conformer aux modalités de son accord avec Alstom portant sur de toute nouvelles turbines Haliade 150 produisant 6 MW. SG CIB a proposé de souscrire 100 % de la transaction et a mis en place un mécanisme de syndication de la dette après la clôture financière.

« Cette première ferme éolienne offshore aux États-Unis nous a obligés à relever de nombreux défis, » rappelle Alexander Krolick, Directeur, Financement des projets énergétiques chez Société Générale. « Le fait de souscrire l'intégralité du financement a eu plusieurs avantages, notamment de disposer des fonds avec certitude et de procéder à une exécution très rapide. Nous avons su nous montrer réactifs et offrir à Deepwater une solution adaptée. Nous sommes très fiers d'avoir mené à bien cette transaction inédite. »

Les facilités de crédit offertes pour la ferme éolienne de Block Island incluaient un prêt de 268 millions de dollars pour la construction et des lettres de crédit de 30 millions de dollars. En endossant tous les rôles de chef de file (conseiller financier pour la dette, souscripteur exclusif, teneur de livres et fournisseur de couverture), SG CIB a été en mesure de finaliser la transaction en un temps très court.