L’Euro PP : une source de financement alternative pour les PME et ETI

Guy Silvestre est co-responsable du département Global Capital Markets Société Générale Mid Cap Investment Banking. Notre expert revient sur l'Euro PP et ses avantages pour les PME et ETI.

En matière de financement, toutes les entreprises ne sont pas logées à la même enseigne. Leur capacité à accéder aux marchés dépend bien souvent de leur taille et donc de leur besoin. Suivant cette logique, si les grands groupes sont facilement pris en charge, ce n’est pas toujours le cas des PME/ETI. Bien souvent dépendantes d’une seule catégorie de créanciers, leur solution de financement s’en trouve mécaniquement limitée. La crise financière de 2008 et l’assèchement du crédit qu’elle a engendré ont mis en lumière cette carence.

Pour parer à ce manquement, le placement privé s’est ainsi imposé comme un recours essentiel pour ce profil de sociétés. Sur le modèle de l’US PP aux États-Unis ou du Schuldschein en Allemagne, le projet d’une réplique à l’échelle européenne a été initié en 2010. L’Euro PP a finalement vu le jour en France en 2012. À l’époque, l’avènement de ce marché profite d’un alignement favorable des planètes. L’intérêt des investisseurs pour cette source de financement et les nouvelles contraintes réglementaires (Bâle 3 et Solvabilité 2) agissent comme un catalyseur pour davantage de désintermédiation. En outre, l’illiquidité des marchés traditionnels renforçait, en matière de coûts, l’attractivité des placements privés.

Aujourd’hui, dans un environnement de crédit normalisé, l’intérêt du prix est sans doute moins prégnant. Mais pour des besoins de financement qui n’excèdent pas 300 millions d’euros, les avantages offerts par l’Euro PP sont indéniables. Que ce soit en termes de liquidité, de maturité, de diversification ou de combinaisons de financement, ce marché s’est imposé comme une solution alternative incontournable pour les petites et moyennes entreprises qui n’ont pas accès au marché obligataire public. C’est aussi l’opportunité pour elles d’échanger, de dialoguer avec les investisseurs et, in fine, d’être utilement conseillées en matière de structuration de financement.

Engagée de longue date auprès des PME/ETI, Société Générale a naturellement pris part à la création de ce marché et a été l’un des acteurs clés du groupe de Place qui a élaboré la charte sur les Euro PP publiée en février 2014. Fort d’une équipe dédiée de 7 originateurs seniors (couvrant un spectre de 1 500 sociétés éligibles), la banque accompagne ses clients en leur proposant des solutions adaptées. Une expertise qui, dorénavant, tient lieu d’activité de conseil à part entière.

La banque sélectionne les investisseurs potentiels en fonction du profil de crédit de ses clients. Elle les renseigne sur les conditions de marché et les aide à la mise en ordre et à la présentation des informations nécessaires à ce type d’opérations. De sorte que, sur les 19,5 milliards d’euros levés sur l’Euro PP depuis son lancement, Société Générale en revendique 4,2 milliards d’euros pour ses clients pour un total de 64 opérations sur les quelques 300 réalisées. Preuve de son engagement continu au service du financement des entreprises et de l’économie.

Les placements privés

Laurence Mouratille-Levy et Guy Silvestre, respectivement directrice associée et responsable du département Global Capital Markets de Société Générale Mid Cap Investment Banking (MCIB), nous expliquent le rôle que les placements privés jouent dans le financement pérenne de l'économie.

Lire l'article