Demain, 50% de femmes dirigeantes ?

Présidente de Maviflex, une entreprise de 125 personnes spécialisée dans les portes souples rapides, Anne-Sophie Panseri est également présidente de Femmes Chefs d’Entreprise (FCE) France. Cette association vient de signer un partenariat avec Société Générale destiné à accompagner l’entrepreneuriat au féminin.

"Seules nous sommes invisibles, ensemble nous sommes invincibles ». La devise de l’association FCE France est à l’image de sa présidente, pleine de vie, d’engagement et de conviction. Si Anne-Sophie Panseri place toute son énergie dans l’esprit d’entreprendre, c’est qu’elle pense qu’être dirigeant représente le plus beau métier du monde. Alors elle souhaite encourager et accompagner de nouveaux talents et notamment celui des femmes. « Nous représentons 50% de la population mais seulement 15% de la gouvernance économique. Une femme aura plutôt tendance à créer son entreprise plutôt qu’à en reprendre une existante avec inévitablement des répercussions sur l’équilibre de sa vie familiale. » Au-delà de l’enjeu de diversité, se pose également une réalité économique. Chaque année, 60 000 entreprises, employant environ 300 000 salariés, disparaissent faute de repreneur. Et pas question de tomber dans les stéréotypes. Anne-Sophie Panseri n’idéalise pas le management des femmes. « Certaines dirigeantes exercent un management particulièrement dur tout comme des hommes insistent sur une grande collégialité de décision. Le rôle de FCE France qui regroupe 1 380 dirigeantes est de favoriser la prise de responsabilités des femmes chefs d’entreprise dans la vie économique et de renforcer leur présence dans les instances décisionnelles au niveau local, régional et national. Notre objectif vise aussi la formation de nos 1 960 membres, en incluant les femmes cadres dirigeants.

Renforcer l’influence des femmes dirigeantes

Il y a 10 ans, les femmes représentaient 25% des dirigeants d’entreprise. En 2017, ce pourcentage n’a pas évolué et ne bougera pas si des dynamiques ne sont pas enclenchées. Nous venons ainsi de nouer un partenariat de compétence avec Société Générale qui vise dans un premier temps à renforcer l’expertise de nos membres dans les domaines de la gestion et de la finance. L’environnement, notamment dans le domaine des normes, fluctue rapidement. En anticipant les futures évolutions, nous renforçons l’agilité de nos entreprises. Nous nous rendons compte en parallèle que de nombreuses dirigeantes minimisent le développement de leur entreprise et donc les capitaux dont elles auront besoin. Cela se traduit par de grandes difficultés à obtenir de nouveaux prêts d’amorçage. Autre volet du partenariat : aider à accélérer la représentation des femmes au sein des grandes instances liées à la gouvernance économique comme les conseils d’administration ou les conseils prud’homaux. Toutes ces initiatives visent à développer un écosystème plus favorable aux femmes.

Marylène Vicari lance le Liberté Living Lab

Cofondatrice et directrice du Liberté Living Lab (LLL), un incubateur dédié à l’innovation et à l’entrepreneuriat technologique, civique et social, Marylène Vicari poursuit l'aventure dans la continuité du Player. Son credo : favoriser les échanges, l’émulation entre les entrepreneurs. Elle nous livre les ambitions de ce nouveau lieu, ses domaines d'interventions et revient sur la collaboration avec Société Générale.

En savoir plus