Plus de cent ans de présence au Maroc

Société Générale a fêté en 2013 le centième anniversaire de sa filiale au Maroc. Retour sur l'histoire et la belle réussite de l'une de nos plus importantes filiales sur le continent africain.

Le 19 juin 1913, le Conseil d'administration de Société Générale entérine la décision de s'implanter au Maroc. Une année seulement s'est écoulée depuis que le pays, enjeu des rivalités coloniales, a été érigé en protectorat français. Pour faciliter l'intégration aux réseaux locaux, une agence est ouverte dans le quartier des affaires de Casablanca. Les débuts sont plutôt modestes. Certes, jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, la banque tient un rôle non négligeable dans le financement de l'économie marocaine. Elle s'est fidélisé une clientèle composée de négociants de produits agricoles, préside au développement de l'industrie textile en important du coton américain via sa succursale new-yorkaise, et favorise le développement d'un réseau ferroviaire. Décidée à jouer les premiers rôles, elle contribue également à l'éclosion d'un marché boursier en participant à l'introduction de titres, à des émissions d'actions et à des augmentations de capital. Mais la faible bancarisation de la population constitue un obstacle de taille à son dynamisme. On en a pour preuve l'étroitesse du réseau, longtemps limité à la cité marchande de Casablanca après des essais infructueux à Tanger et à Fès.

Ouverte en 1923, l'agence A est la plus ancienne des agences Société Générale au Maroc. L'immeuble abritait également le siège initial de la banque.

À la faveur de l'indépendance du pays en 1956, la banque modifie sa stratégie pour mieux s'intégrer au tissu économique local. Ainsi, le 30 juin 1962, elle franchit le pas de la filialisation et transforme son implantation en établissement de droit marocain. La Société Générale Marocaine de Banque (SGMB) est née. Trois ans plus tard, elle fusionne avec les cinq agences de représentation au Maroc de la Société Marseillaise de Crédit. Le succès est au rendez-vous. Un signe qui ne trompe pas. De 1962 à 1970, le capital passe de 4 à 10 millions de dirhams, notamment grâce au concours du groupe Deveco-Souss, actionnaire à hauteur de 25 %. L' essor de la banque lui permet de racheter, en 1971, 20 % des activités de la Société de Banque du Maghreb. Autre indice fort de cette évolution, le réseau d'agences s'étend progressivement à l'ensemble du royaume, de Casablanca à Agadir en passant par Rabat, Fès, Marrakech, Tanger et Tétouan. En 1978, il compte au total 41 guichets.

L'agence Kénitra Nafora dans les années 1940

Un second tournant intervient le 7 mai 1973. Un Dahir, c'est-à-dire un décret de loi, décide la marocanisation du capital et des conseils d'administration des sociétés opérant dans les secteurs clés de l'économie. La législation ne constitue en rien une rupture avec la maison mère. Sous l'impulsion de Mohamed Bargach, nouveau Président délégué général, la banque poursuit son développement avec une étonnante vitalité. En 1976, le capital de la banque est porté à 33 millions de dirhams, puis à 51 millions trois ans plus tard. La Société Générale est sur tous les fronts. Au milieu d'une concurrence âpre, l'établissement impose sa marque. Fidèle à sa raison sociale originelle, il encourage l'épargne, à la suite de la création du compte à vue en 1975. Il accompagne les investisseurs et, pour favoriser le développement du commerce et de l'industrie, soutient les PME. C'est dans le même esprit qu'il diversifie ses activités, ce qui lui vaut la confiance renouvelée de ses actionnaires à l'aube des changements économiques de la fin du XXe siècle. Spécialisée dans le crédit-bail, Sogelease y voit le jour en 1981. D'autres créations seront à relever au cours des deux dernières décennies, entre autres Sogébourse, Sogefinancement (crédit à la consommation), Foncimmo (immobiliers hors exploitation), La Marocaine Vie (assurance vie), Sogecapital gestion (gestion d'actifs), Investima (capital investissement) et Athena Courtage (courtage en assurances). Autant de filiales qui s'intègrent à la libéralisation du marché et contribuent, par leur dynamisme et la gamme de services qu'elles proposent, à faire de Société Générale Maroc la troisième banque à capitaux privés du pays.

En 1995, le cap de la centaine d'agences est franchi. En 1999, le résultat net de la banque s'élève à 286 millions de dirhams. L'année suivante, la politique de marocanisation des entreprises n'étant plus à l'ordre du jour, le groupe Société Générale devient majoritaire de SGM avec une participation de 51,9 %. Il est aujourd'hui de 56,9 %. Cette évolution se traduit par une augmentation de capital, celui-ci passant de 1,17 milliard de dirhams en 2001 à 2,05 milliards en 2008.

Pour servir 800 000 clients, SGMB compte aujourd’hui 4 000 collaborateurs, 420 agences et 12 filiales spécialisées. En 2012, la revue Euromoney lui a attribué le prix de la « Meilleure banque du Maroc ». Une distinction bienvenue dans un pays où le taux de bancarisation de la population dispose encore d’un seuil de progression. Reconnue comme un acteur de référence dans le financement de l’économie marocaine, SGMB est aussi le premier opérateur multicanal du secteur bancaire au Maroc. Un défi porteur d’avenir et à la mesure de son ambition.

Au service de nos clients au Maroc

Société Générale Maroc compte aujourd'hui 3 200 collaborateurs, 320 agences et quatorze filiales spécialisées. En 2012, la revue Euromoney lui attribue le prix de la « Meilleure banque du Maroc ». Une distinction d'autant plus méritée que l'établissement n'a jamais ménagé ses efforts pour satisfaire ses 800 000 clients et s'est imposé aux yeux de tous comme une banque solide, pérenne, efficace et au service de la construction progressive d'une économie moderne. La conquête des particuliers, d'ailleurs, est toujours en cours dans un pays où le taux de bancarisation de la population dispose encore d'un seuil de progression. Un beau défi porteur d'avenir.

Chiffres à fin décembre 2014

Conserver notre patrimoine à Casablanca

Soucieuse de contribuer à la préservation du patrimoine architectural Art Déco du centre ville historique, Société Générale Maroc reconstruit l'ancien siège de la Banque tout en conservant la façade de l'immeuble.

Lire l'article