Les premières implantations en Afrique sub-saharienne : un architecte de génie au service de la banque à Abidjan

En 1941, Société Générale décide de s’implanter à Abidjan. En plein conflit mondial, la Banque cherche sans doute des bases plus lointaines et des ressources nouvelles. Probablement opère-t-elle aussi un mouvement d’internationalisation plus général.

Après-guerre, la croissance de ces nouvelles implantations est soutenue. La Banque choisit donc de construire des locaux à Abidjan, à la fois pour répondre aux besoins professionnels mais aussi pour loger son personnel expatrié.

Engagé en 1952, cet important chantier se termine l’année suivante pour le logement du personnel et en 1955 pour l’agence. Pour réaliser cet ensemble, Société Générale a sollicité un jeune architecte : Henri Chomette. Embauché en 1948 par Société Générale, il a œuvré à de nombreuses reconstructions et rénovations d’agences dans la France d’après-guerre. Mais c’est sur le continent africain qu’il va révéler tout son talent. Cette même année, il remporte le prix du Concours de l’Union internationale des architectes avec sa conception du futur palais du roi d’Éthiopie, et fonde dans la foulée son bureau d’étude.

L’agence d’Abidjan dispose grâce à lui et aux équipes intervenantes d’un bâtiment moderne et lumineux. L’aménagement intérieur et le mobilier n’est pas en reste. Une partie du mobilier provient des ateliers du designer Jean Prouvé, comme les portes affiches et les escabeaux de la salle des coffres.

Quelques temps après, la Banque absorbe la Banque Commerciale Africaine, permettant une augmentation notable de la clientèle et du nombre des guichets sur le territoire.

1962 est une étape clé pour notre implantation en Côte d’Ivoire. L’indépendance du pays est déclarée, la décision est donc prise de créer une filiale à part entière avec l’appui de la nouvelle république mais aussi de grandes banques. Ainsi naît Société Générale de Banque en Côte d’Ivoire (SGBCI).

Alors que l’agence d’Abidjan ne comptait que douze agents en 1951, l’effectif de la SGBCI compte 251 personnes en 1962. Le personnel expatrié est réduit et compose moins de la moitié de l’effectif.

Ainsi, pour symboliser la naissance d’une nouvelle entité et l’expansion des affaires, Henri Chomette est appelé à revoir la conception du siège d’origine. La nouvelle construction allie fonctionnalité, art et symboles du pays. L’armature en bois de la coupole rappelle les pirogues, la fresque murale d’entrée reprend des motifs d’origine Baoulés, disposés sur les poids qui servaient autrefois à peser l’or au cours de cérémonies. Enfin, sur la balustrade de l’entresol sont reproduites les feuilles du palmier rhonier. Si certains matériaux ont été importés, d’autres sont locaux comme le bois et la brique pour le revêtement mural. Inauguré par le président ivoirien Houphouët-Boigny en novembre 1965, cet ensemble constitue encore « un des plus beaux ensembles immobiliers du Groupe ».