L’Agence centrale : un « palais bancaire » de la Belle Époque

C’est au 29 boulevard Haussmann, en plein cœur de Paris, que se trouve ancré le siège social du Groupe depuis un siècle. Un véritable chef-d’œuvre architectural dont certains éléments sont aujourd’hui listés à l’inventaire des Monuments historiques.

Au début du XXe siècle, la Société Générale décide de se doter d’un nouveau siège. Trop à l’étroit dans ses locaux du 54-56 rue de Provence, la banque s’intéresse à un îlot immobilier derrière l’Opéra, dans un espace délimité par le boulevard Haussmann et les rues Glück et Halévy. En concurrence avec les Galeries Lafayette, elle en officialise l’acquisition le 2 avril 1906. Le Conseil d’administration décide de s’attacher les services de l’architecte Jacques Hermant, tenant de l’École de Nancy et enseignant aux Beaux-arts, pour transformer ces immeubles de rapport, d’une superficie de 2 600 mètres carrés, en un établissement bancaire.

Les travaux durent six ans. Le 26 juin 1912, le nouveau siège est inauguré au 29 boulevard Haussmann, en présence du baron Hély d’Oissel, président de la Société Générale. Le résultat dépasse toutes les espérances. Sur la façade extérieure, au rez-de-chaussée et à l’entresol, se dressent des rainures horizontales, rythmées de baies en plein cintre et dotées de grilles surmontant un soubassement en comblanchien. Sur le boulevard Hausmann, en vertu d’une dérogation spéciale, le centre a été redessiné sur toute la hauteur de manière à créer un motif au-dessus de l’entrée du numéro 29. Sa partie supérieure porte un fronton agrémenté de sculptures allégoriques. Au troisième étage, adossées aux colonnes et entre des balcons, six statues de style corinthien seront installées en 1919 pour illustrer les différentes activités du commerce et de l’industrie. Trois larges baies composent l’entrée. Leurs voûtes sont ornées de mascarons sculptés.

Ouvert sur quatre niveaux, le grand hall central présente, dans un cadre luxueux, un aménagement innovant. De forme trapézoïdale, la salle occupe l’essentiel du rez-de-chaussée, avec en son centre un grand guichet circulaire, surnommé le « fromage ». Dès 1919, une mezzanine créera un espace supplémentaire pour les employés. La pièce maîtresse du hall est la splendide coupole à pinacles qui la surplombe. S’élevant à 23 mètres du sol, elle est suspendue en toiture par une structure métallique à parapluie, composée d’un système autoportant de fins profils en acier. Le verre et le métal s’unissent harmonieusement pour fermer un espace tout en préservant l’éclairage zénithal. D’un diamètre de 18 mètres, la coupole présente un élégant dégradé de couleurs conçu par le maître verrier Jacques Galand. Elle est composée de 51 parties fuselées disposées à partir d’une rosace centrale.

La décoration intérieure participe du charme des lieux. Les quatre arcatures portent en leur centre un motif d’armoiries rappelant la présence de la Société Générale à Paris, Lyon, Marseille et Bordeaux. Des médaillons en bronze coiffent leur base et symbolisent l’activité de la banque à travers la France. Les encoignures sont ornées du monogramme « SG ». Le décor de ferronnerie est constitué de motifs de feuilles de chêne et de glands, l’ensemble étant délimité par une balustrade de fer forgé. Le pavement de mosaïques est l’œuvre des céramistes Alphonse Gentil et François-Eugène Bourdet. Autour de la rotonde du hall, une ornementation végétale faite de motifs de feuilles entrelacées et nouées forme une immense rosace. Au sol, douze plaques de cuivre ajourées de ciselures purement décoratives couvrant les bouches d’aération et de chauffage.

Au sous-sol sont réalisées les salles des coffres, entièrement en acier. Celles-ci sont disposées sur quatre niveaux dont le plus bas se trouve à onze mètres sous terre. Une impressionnante porte circulaire, étincelante avec une robe d’acier aux reflets or et argent, en barre la seule entrée. Conçue par la maison Fichet, la pièce a été construite aux forges du Creusot, transportée en chemin de fer à la gare de la Villette, puis traînée jusqu’au boulevard Haussmann sur un fardier par un attelage de neuf chevaux. Le diamètre de la porte circulaire extérieure est de 2,76 mètres. Elle pèse 18 tonnes à elle seule, son blindage fait 40 centimètres d’épaisseur. Un tambour d’accès blindé la relie à une seconde porte forte. À l’intérieur, les salles contiennent 399 armoires, soit un ensemble de 8 134 compartiments et 22 chambres fortes. Ce n’est que progressivement que ces sous-sols sont ouverts à la clientèle.

Aujourd’hui encore, l’Agence centrale conserve son caractère authentique pour le plus grand plaisir de la clientèle et des employés. Elle ouvre ses portes au public lors des Journées du patrimoine. Depuis 1915, ce bâtiment abrite le siège social de la banque et, malgré le déménagement de la direction générale à la Défense, il s’y trouve toujours localisé.

© Archives Historiques Société Générale

Restauration de l'Agence Centrale de Société Générale : les coulisses

Ce film sur l'Agence centrale a été réalisé en 2011, à l'occasion de la restauration de ce bâtiment centenaire, dont certaines parties sont listées au patrimoine historique. On y voit l'intervention des artisans de différents métiers d'art : doreurs, mosaïstes, marbriers, tailleurs de pierre et maîtres vitriers sous la direction d'Ursula Biuso, Architecte du Patrimoine.