Abdoulaye Seye : la pépite sénégalaise du Club athlétique Société Générale

Août 1960. À l’issue d’une course d’anthologie, Abdoulaye Seye décroche la médaille de bronze sur 200 mètres aux Jeux olympiques de Rome. Affilié au Club athlétique Société Générale (CASG), le jeune sprinter est le premier athlète africain à s’illustrer lors d’une olympiade.

Né en 1934 à Saint-Louis, au Sénégal, Abdoulaye Seye débarque en métropole à l’âge de vingt ans pour effectuer son service militaire. Sur les terrains d’entraînement de la garnison de Toulon, le jeune homme est immédiatement repéré pour ses qualités athlétiques, en particulier sa prodigieuse pointe de vitesse. En 1956, il intègre le Centre sportif des forces armées, le futur bataillon de Joinville, avant de s’affilier au Club athlétique de la Société Générale (CASG).

Doté d’une forte personnalité, se fiant en permanence à sa bonne étoile, "Abdou" s’impose bientôt comme l’un des meilleurs espoirs de l’athlétisme français. Lors des championnats de France organisés sur la piste de Colombes, le succès est au rendez-vous. En 1956, il remporte la médaille d’or du 200 mètres. Trois ans plus tard, il réédite la même performance et s’adjuge en prime la médaille d’or sur 100 mètres.

Plusieurs fois recordman de France sur les différentes épreuves de sprint, il assied sa réputation, à l’été 1959, en remportant le 100 mètres aux Jeux méditerranéens de Beyrouth. L’année suivante, Abdoulaye Seye est l’un des grands favoris pour ces disciplines phares des Jeux olympiques. À Rome, l’ancienne gloire Jesse Owens se déplace en personne pour le saluer. C’est sous les couleurs de la France qu’il concourt, le Sénégal devenu indépendant quelques jours avant l’inauguration de la compétition n’ayant pas encore de comité olympique.

Malgré les belles promesses qu’il a laissées entrevoir lors de sa série de qualification, Seye doit se contenter d’une médaille de bronze sur 200 mètres. Une course qui est néanmoins restée, à plus d’un titre, dans l’histoire. Car, pour la postérité, il n’est pas seulement le premier athlète africain à avoir remporté une médaille lors d’une olympiade. À ce jour, il demeure aussi le seul sprinteur à avoir offert à la France, sur une course individuelle masculine, une médaille olympique.

Images de gauche à droite : © Presse Sports ; © Archives historiques Société Générale