1987 : privatisation de Société Générale

Le 27 juin 1987, 100 % du capital est mis en Bourse, permettant au public de souscrire et de devenir actionnaire. Une étape majeure dans la privatisation du Groupe.

En juin 1987, 20 millions d'actions Société Générale sont ainsi mises sur le marché dans le cadre d'une offre publique de vente, d'une part, et d'une augmentation de capital, d'autre part.

Cette opération, engagée dès février 1987 par le gouvernement, est une étape décisive dans le processus de privatisation du secteur bancaire en partie nationalisé en 1945 pour permettre une relance de l'économie nationale dans le contexte de la Reconstruction.

Cette décision intervient dans une conjoncture plutôt morose, marquée par un fort recul de la Bourse. Néanmoins, l'opération remporte un franc succès. Le nombre d'actions demandées a été plus de cinq fois supérieur à celui de l'offre publique de vente. Trois facteurs majeurs expliquent cette forte demande : le prix de l'action fixé à 407 francs, les excellentes relations entretenues par Société Générale avec sa clientèle, et la bonne santé financière de l'établissement.

Le 29 juillet 1987, la privatisation de Société Générale est achevée. La première Assemblée générale des actionnaires aura lieu le 29 octobre suivant. A la fin de cette même année, le personnel détient 6 % du capital, et un groupe de 19 actionnaires stables (dont 8 assureurs privés ou nationalisés) à 30 %.