Plus que deux ans avant la RWC 2019 : Jonny Wilkinson nous livre son point de vue

Alors que le compte à rebours pour la Coupe du monde de rugby 2019 au Japon se poursuit, le plus grand marqueur de l’histoire de la compétition évoque cette prochaine édition.

D’après Jonny Wilkinson, alors que la RWC 2019 ne démarrera que dans deux ans à Tokyo, les joueurs qui auront la chance de s’illustrer au plus haut niveau garderont qu’ils le veuillent ou non cette échéance dans un coin de leur tête.


En théorie, tous les rugbymen devraient suivre le vieil adage « prendre les matches les uns après les autres ». « La Coupe du monde de rugby est encore loin, il n’y a pas lieu de s’en préoccuper outre mesure », affirme la légende du ballon ovale Jonny Wilkinson (victorieux du tournoi en 2003 et finaliste en 2007), bien qu’il s’empresse d’ajouter : « Mais c’est un naturellement un grand rendez-vous ! »


Et il ne fait que gagner en importance. Toutefois, il affirme que les joueurs ne doivent pas oublier de se concentrer sur le présent, sur leur prochain entraînement et sur le prochain match qui s’ensuit. « Les réponses se trouvent toujours près de vous, et non dans un futur imaginaire. »

Cela dit, il ajoute que la RWC 2019 peut constituer un objectif motivant : « la perspective d’un événement qui aura lieu dans deux ans et qui pourrait être l’un des plus grands moments de votre carrière de sportif peut en effet jouer un rôle en vous si vous l’intégrez intelligemment. »


« Le fait que la Coupe du monde soit organisée pour la première fois en dehors des pays traditionnels ne fait que renforcer l’intérêt pour la compétition, et c’est une formidable opportunité de promouvoir notre sport. L’engouement en Asie a été phénoménal jusqu’à aujourd’hui, mais nous pouvons aller encore plus loin. »

La victoire ‘sensationnelle’ du Japon face à l’Afrique du Sud durant la dernière édition pourrait être annonciatrice de nombreuses performances inattendues de la part d’autres équipes, portées par le soutien de toute une nation. Le Japon doit avant tout se focaliser sur ses atouts uniques, qui sont une vivacité mentale à toute épreuve, un grand souci du détail et une gestion précise et bien amenée du rythme du jeu.

Au-delà du pays dans lequel il se déroule, le tournoi s’annonce captivant. Beaucoup de choses peuvent changer en deux ans, mais Jonny Wilkinson pense que rien n’est joué d’avance.


Après avoir participé à trois Coupes du monde (deux fois en finale) dans sa carrière, il s’est illustré en dehors du terrain lors de la RWC 2015 en tant qu’ambassadeur de Société Générale (Partenaire Officiel Mondial de l’événement), un rôle qu’il reprendra au Japon dans deux ans. « Cette expérience m’a ouvert les yeux. Parfois vous êtes tellement impliqués dans le jeu que vous perdez de vue toute l’organisation derrière un tel événement. J’ai vu la quantité de travail phénoménale en coulisses, les projets et les programmes à mettre en œuvre pour garantir que tout le monde soit réuni pour ces moments exceptionnels. »


Il conclut : « C’est ce qui fait la saveur de cette compétition, que des entreprises comme Société Générale se dévouent à faire connaître la Coupe du monde de rugby et arrivent à inspirer les individus. »

Un engagement historique de 30 ans avec la FFR

En 1987, Société Générale est devenue officiellement la “banque du rugby”. Ce partenariat lui permet aujourd'hui de déployer ses couleurs sur tous les terrains et d'associer ses valeurs à celles du ballon ovale. Un engagement de fond qui trouve ses racines au début du siècle dernier.

Voir les dates clés de notre engagement