Le crowdfunding

Le crowdfunding, forme de financement participatif via des plateformes Internet, constitue une source de fonds alternative pour les entrepreneurs et les associations. Apparu outre-Atlantique voici quelques années, le phénomène y connaît un fort développement, y compris en France, illustrant l’émergence de l’économie collaborative, sans intermédiaire, se basant sur l’échange via le web.

Quel est le principe ?

Le crowdfunding est un financement communautaire. Les porteurs de projet lèvent des fonds auprès des internautes ayant décidé de les financer, via des plateformes dédiées sur lesquelles ils se présentent.

Quelles sont les formes de financement ?

Sur certaines plateformes, les internautes sont sollicités pour des dons pouvant être ou non récompensés par une contrepartie non financière – en général un produit ou un service issu du projet soutenu.

L’apport de fonds peut aussi survenir sous la forme d’un prêt, rémunéré ou gratuit. Le financement peut également consister en une prise de participation en capital. Le crowdfunding apporte alors à des start-up naissantes une alternative au soutien de « business angels » (investisseurs privés).

Quelles sont les perspectives du crowdfunding ? Et pour les banques ?

La tendance se développe rapidement, portée par les avantages de ce mode d’investissement en termes de transparence et de proximité. En 2013, la collecte pesait plus de 5 milliards US $ dans le monde, et pourrait représenter 1000 milliards en 2020.

Bien qu’encore modeste, le marché français du crowdfunding se développe et se structure, fort du soutien des pouvoirs publics (une ordonnance mettant fin au monopole des banques a été mise en application le 1er octobre 2014). En 2013, 650 000 Français ont financé via internet 32 000 projets et environ 80 millions € ont été collectés ; soit près de 3 fois plus qu’en 2012.

Pour les banques, le développement du crowdfunding est un signe que les clients attendent des modes de financement plus simples, plus transparents et plus traçables, qui prennent en compte l’impact du web 2.0 et des réseaux sociaux. En s’alliant à des plateformes, les banques cherchent ainsi à répondre à ces besoins.

Un partenariat avec SPEAR

Société Générale a tissé un partenariat avec SPEAR (Société Pour une Épargne Activement Responsable), une  plateforme permettant à des entreprises ou des associations de mener à bien un projet responsable, et d’obtenir un prêt avantageux grâce à des épargnants solidaires. Il s’agit de la première plateforme française qui permette à des épargnants de choisir la destination de leur épargne parmi une sélection de projets à fort impact social ou environnemental, sans prendre de risque.

En 2014, Société Générale a financé 4 projets à plus value sociale et environnementale pour un montant de 750 000 EUR et a permis à certains de ses clients de connaître la destination de leur épargne.